Archives de catégorie : Séminaires

Séminaire CRIVA : La dysphonie spasmodique à l’épreuve de la psychanalyse – 13 Avril 2021

MARDI 13 AVRIL 2021 : séminaire CRIVA ouvert à tous, en lien avec la Journée Mondiale de la Voix

20h30 (08:30 PM Paris), en ZOOM autour de Claire Gillie sur le thème :
« La dysphonie spasmodique à l’épreuve de la psychanalyse »

Pour y participer, et connaître les modalités d’accès, merci de vous inscrire sur voixanalysecriva@gmail.com

Contenu du séminaire : Parmi les dysphonies répertoriées dans le discours médical, la dysphonie spasmodique se manifeste par des contractures incontrôlables du larynx qui viennent opposer une écluse anarchique au flux vocal. Lequel bute contre cette contracture et devient à son tour anarchique ; certains phoniatres parlent alors d’une forme de « bégayement du larynx ». Cette dysphonie semble récalcitrante à tout traitement médical, et même à la rééducation : les patients réclament d’ailleurs un geste médical, voire chirurgical, ou font appel à une injection de toxine botulique qui permet une certaine rémission pour quelques mois.On trouve souvent à l’origine de ces dysphonies d’adultes des dysphonies aiguës ou chroniques de l’enfant. On peut supposer que les symptômes présentés par Dora à Freud, étaient ceux d’une laryngite sous-glottique, à savoir une dysphonie aiguë du jeune enfant qui se caractérisait par une toux rauque, une dyspnée laryngée pouvant même le conduire jusqu’à la détresse respiratoire – toux, gêne respiratoire et aphonie se disputant le premier rôle à tenir sur cette scène de la « défaite vocale ».Une dysphonie spasmodique peut-elle céder sous transfert ? Que nous enseignent les analysants lorsqu’ils s’affilient à ce symptôme, et s’en délocalisent ? Comment appréhendent-ils ce sphincter à risque qui leur estdévoilé sous la distorsion des spasmes et contractures ? Quel est ce spasme, cette « crampe de l’être-parlant » qui s’étrangle et se révulse lorsqu’il trouve porte close dans le regard et l’écoute de l’autre ?

Séminaires du Département Parole et Cognition de GIPSA-lab

Retrouvez la programmation des séminaires du Département Parole et Cognition du laboratoire grenoblois GIPSA-lab sur : http://www.gipsa-lab.grenoble-inp.fr/animation/seminaires.php?dep=dpc

Prochains séminaires en lien avec la voix :

  • Jeudi 12 Juin 2014 de 13h30 à 15h, nous accueillons Pascal Belin.

« A Vocal Brain: Cerebral Processing of Voice Information« 

Résumé :

The human voice carries speech but also a wealth of socially-relevant, speaker-related information. Listeners routinely perceive precious information on the speaker’s identity (gender, age),  affective state (happy, scared), as well as more subtle cues on perceived personality traits (attractiveness, dominance, etc.), strongly influencing social interactions. Using voice psychoacoustics and neuroimaging techniques, we examine the cerebral processing of person-related information in perceptual and neural voice representations. Results indicate a cerebral architecture of voice cognition sharing many similarities with the cerebral organization of face processing, with the main types of information in voices (identity, affect, speech) processed in interacting, but partly dissociable functional pathways.

  • Jeudi 19 Juin 2014 de 13h30 à 15h, nous accueillons Thierry Rousseau
    « Les capacités de communication des patients atteints d’une maladie d’Alzheimer »Résumé :
    L’évaluation des capacités de communication des patients atteints de maladie d’Alzheimer met  en évidence  une hétérogénéité des troubles, avec d’abord une désintégration langagière mais aussi une atteinte des aspects généraux (transmission de l’information, cohérence, cohésion) et des aspects spécifiques du discours (compétence narrative, gestion des tours de parole et des actes de langage, procédures de réparation) ainsi que de la communication non verbale.
    Ces modifications sont sous l’influence de différents facteurs. Le facteur dominant est le degré d’atteinte cognitive ; les facteurs âge, sexe, niveau socio-culturel, lieu de vie jouent un rôle limité qui ne suffit pas à expliquer l’hétérogénéité interindividuelle des profils de la communication observés. D’autres facteurs personnels, environnementaux sont à prendre en compte notamment dans l’optique d’une prise en charge thérapeutique qui devra donc être précédée d’une évaluation pragmatique et écologique visant à déterminer :
    – quels types d’actes de langage adéquats utilise le malade,
    – quels types d’actes de langage inadéquats il utilise et quelles sont les raisons de leur inadéquation,
    – quels thèmes de discussion, quelles situations de communication, quels actes utilisés par l’interlocuteur voire quels interlocuteurs favorisent ou au contraire perturbent la communication du malade.
    La thérapie écosystémique des troubles de la communication aura pour objectif de faire en sorte que, dans le cadre d’une interlocution, toutes les conditions favorisantes soient en place pour que le patient puisse émettre des actes adéquats et d’éviter la présence de conditions perturbantes ou inhibitrices qui vont entraîner l’inadéquation de son discours. Pour ce faire, la thérapie devra aller dans deux directions :
    – intervention auprès du patient,
    – intervention au niveau de l’entourage, familial et/ou professionnel du sujet.