Archives de catégorie : JMV 2021

La clé de la voix : une série de podcasts par Clémentine Coppolani

Découvrez les podcasts “La clé de la voix” : https://podcast.ausha.co/la-cle-de-la-voix

Clémentine Coppolani vient à la rencontre vocale de professionnels de la voix et d’artistes, qui partagent leurs anecdotes et astuces à propos de la voix, et leurs métiers. Parmi ses invités : la kinésithérapeute des chanteurs Fabienne Poulet Schneider, le groupe L.E.J (victoire de la musique révélation scène), Flavia Coehlo, Anne Sila, Norig, Sarah Lancman, le ténor des fôrets Vincent Karche qui est venu parler de la syvoixtherapie, la scientifique Nathalie Henrich Bernardoni … 

Rendez-vous Santé et Prévention MGEN, à l’occasion de la Journée Mondiale de la Voix 2021

Journées prévues par la MGEN à l’occasion de la Journée Mondiale de la Voix 2021 :

  • Mercredi 14 Avril 2021 : Paris
  • Mercredi 5 Mai 2021 : Nimes

 

PARIS :  Lors de ce webinaire ouvert à tous, différents thèmes seront abordés :  « Se reconnaitre dans sa prise de parole »,  « Communiquer ou l’art de créer du commun » ,  « Le texte de vive voix » ,  «L’assertivité, une voix pour se faire entendre ».

Inscrivez-vous ici !

Voici le programme pour la journée parisienne :

Séminaire CRIVA : La dysphonie spasmodique à l’épreuve de la psychanalyse – 13 Avril 2021

MARDI 13 AVRIL 2021 : séminaire CRIVA ouvert à tous, en lien avec la Journée Mondiale de la Voix

20h30 (08:30 PM Paris), en ZOOM autour de Claire Gillie sur le thème :
“La dysphonie spasmodique à l’épreuve de la psychanalyse”

Pour y participer, et connaître les modalités d’accès, merci de vous inscrire sur voixanalysecriva@gmail.com

Contenu du séminaire : Parmi les dysphonies répertoriées dans le discours médical, la dysphonie spasmodique se manifeste par des contractures incontrôlables du larynx qui viennent opposer une écluse anarchique au flux vocal. Lequel bute contre cette contracture et devient à son tour anarchique ; certains phoniatres parlent alors d’une forme de « bégayement du larynx ». Cette dysphonie semble récalcitrante à tout traitement médical, et même à la rééducation : les patients réclament d’ailleurs un geste médical, voire chirurgical, ou font appel à une injection de toxine botulique qui permet une certaine rémission pour quelques mois.On trouve souvent à l’origine de ces dysphonies d’adultes des dysphonies aiguës ou chroniques de l’enfant. On peut supposer que les symptômes présentés par Dora à Freud, étaient ceux d’une laryngite sous-glottique, à savoir une dysphonie aiguë du jeune enfant qui se caractérisait par une toux rauque, une dyspnée laryngée pouvant même le conduire jusqu’à la détresse respiratoire – toux, gêne respiratoire et aphonie se disputant le premier rôle à tenir sur cette scène de la « défaite vocale ».Une dysphonie spasmodique peut-elle céder sous transfert ? Que nous enseignent les analysants lorsqu’ils s’affilient à ce symptôme, et s’en délocalisent ? Comment appréhendent-ils ce sphincter à risque qui leur estdévoilé sous la distorsion des spasmes et contractures ? Quel est ce spasme, cette « crampe de l’être-parlant » qui s’étrangle et se révulse lorsqu’il trouve porte close dans le regard et l’écoute de l’autre ?