Archives de catégorie : Publications scientifiques

Thèse de musicologie de Céline Chabot-Canet ou comment expliciter l’indicible de la voix dans la chanson française

“Interprétation, phrasé et rhétorique vocale dans la chanson française depuis 1950 : expliciter l’indicible de la voix”

Thèse de doctorat de Musicologie soutenue le 27 Juin 2013 sur Lyon par Céline CHABOT-CANET, devant le jury suivant :
– M. Stéphane Hirschi, Professeur, Université de Valenciennes (rapporteur)
– M. Serge Lacasse, Professeur, Université Laval, Québec, Canada (rapporteur)
– M. Gérard Le Vot, Maître de conférences, Université Lyon 2
– M. Xavier Rodet, Professeur, IRCAM, Université Paris 6
– M. Pierre Saby, Professeur, Université Lyon 2 (directeur de thèse)

Résumé (Abstract in English below)

Interprétation, phrasé et rhétorique vocale dans la chanson française depuis 1950 : expliciter l’indicible de la voix.

L’enjeu de cette thèse est d’étudier la chanson non dans sa dialectique parole/musique, mais par la saisie d’une troisième entité : l’interprétation vocale. Il s’agit à la fois d’en faire émerger l’importance fondamentale et la richesse et de lui conférer sa légitimité d’objet d’étude par la mise en place d’un protocole méthodologique et lexical spécifique qui en autorise l’analyse – au même titre que la composition – malgré son caractère mouvant et réputé réfractaire à la théorisation. Abordée comme objet complexe (selon la terminologie d’Edgar Morin), elle est soumise au feu croisé des disciplines (musicologie, linguistique, rhétorique, acoustique) pour pousser autant qu’il est possible son objectivation. Sous l’égide de la musicologie, l’utilisation d’outils informatiques permet d’établir une complémentarité entre les perspectives des sciences humaines et des sciences exactes, de capter et d’analyser les spécificités interprétatives, aussi bien dans leurs caractères dominants qu’agogiques, leurs rapports à la partition, leur complexité combinatoire au sein des méta-paramètres (timbre, rythme, phrasé) et les tensions dialogiques qui les parcourent (variation/répétition, mélodicité/insertion du bruit, chanté/parlé). Le large corpus de chanteurs d’expression française (du style Rive gauche à la Nouvelle chanson française) permet d’appréhender, au travers d’analyses d’enregistrements en studio ou en concert, la spécificité irréductible de chacun, émanation d’un corps unique, mais aussi de grands réseaux tendanciels de parentés stylistiques. Mise en avant par la perspective sémiologique, autour des notions de stratégie et de visées interprétatives, de rhétorique vocale, de suscitation du pathos et d’expression de l’ethos, se fait jour une typologie des styles interprétatifs, ouverte sur la prise en compte de l’originalité intrinsèque de chaque interprète et sur l’intégration des évolutions génériques ultérieures.

MOTS CLÉS : ANALYSE SPECTRALE, CHANSON FRANÇAISE, CHANSON FRANCOPHONE, CHANT, EXPRESSIVITÉ, INTERPRÉTATION VOCALE, MUSIQUES POPULAIRES, PERFORMANCE VOCALE, VOIX, PHRASÉ, PROSODIE, RHÉTORIQUE VOCALE, TIMBRE.

 

 The performance, the phrasing and the vocal rhetoric of the
French song since 1950 : clarifying the inexpressible of the voice.

The present thesis focuses on the study of the song not in its word and music dialectic but through the acquisition of a third entity : the vocal rendition. The point is to reveal its critical importance and richness and make it legitimate as a subject of study as the result of the implementation of a specific methodological and lexical protocol that allows the analysis – as with the composition – although its changeable nature is not conducive to theorizing. Considered as a complex object (according to Edgar Morin’s terminology), vocal rendition is submitted to the crossfire of various disciplines (musicology, linguistics, rhetoric, acoustics) in order to favour as far as it is possible its objectivization. Within the framework of musicology, the use of computer tools makes it possible to establish a complementarity between the perspectives of social sciences and exact sciences, to catch and analyse the peculiarities of the performances both in their dominant or agogic characters, their connexions to the score, their combinatorial complexity within the meta-parameters (timbre, rhythm, phrasing), as well as the dialogical tensions which run through them (variation and repetition, melodicity and noise integration, singing and speaking parts). Thanks to the existence of a large body of French-speaking singers (from Rive Gauche style to Nouvelle chanson française) it is possible by studying studio and concert recordings to grasp the irreducible specificity of everyone (what is issued from a unique body) as well as the great underlying networks of stylistic relationships. Disclosed by the semeiological perspective, around the notions of strategy and performance designs, vocal rhetoric, the way to induce pathos and to express ethos, there emerges a typology of performing styles that is open to considering the intrinsic originality of each performer and integrating further generic developments.

KEY WORDS : SPECTRUM ANALYSIS, FRENCH SONG, FRENCH-SPEAKING SONG, SINGING, EXPRESSIVENESS, VOCAL RENDITION, POPULAR MUSICS, VOCAL PERFORMANCE, VOICE, PHRASING, PROSODY, VOCAL RHETORIC, TIMBRE.

Call for papers on “Music and Voice: Expression, Perception and Induction of Emotion””

In collaboration with the Journal of Interdisciplinary Music Studies (JIMS), the Swiss Center for Affective Sciences invites submissions on the theme of Music and Voice: Expression, Perception and Induction of Emotion for a special issue to be published in May 2014 (online first publication with citable DOI upon acceptance). This call for papers is stimulated by the interdisciplinary workshops on the operas Punch & Judy and Macbeth, and the Geneva Colloquium on Music and Emotion (part of the Music & Science Festival) held in Geneva during 2011 and 2012, but is not restricted to presenters and attendees of the workshops and colloquium.

Rather than focusing on a particular discipline, the goal of this volume is to bring together relevant multi- and trans-disciplinary insights focused on the expression and perception of emotion in Music and Voice, as well as on the processes and mechanisms that facilitate emotional induction. Transdisciplinary submissions that promote an integrated study of Music and Voice are particularly encouraged.

Scholars conducting relevant research are asked to submit a full research paper by the 1st of August 2013 that will undergo the JIMS peer-review process. Those papers that are not found suitable for this special issue but that are still of relevance for the JIMS audience will be considered as submissions to a regular issue.

Further information can be found at: http://www.affective-sciences.org/mve

 

 

La phonation inversée : aspects pathologiques et thérapeutiques. Etude d’un cas clinique

La phonation inversée : aspects pathologiques et thérapeutiques. Etude d’un cas clinique

Si le phénomène de la voix inversée est assez connu en tant
que phénomène transitoire survenant au cours de la phonation
normale, il est moins connu en tant qu’entité pathologique. A ce
propos, il nous a paru intéressant de faire le point sur ce type
de phonation. Nous illustrerons notre propos avec un de nos
patients pour lequel la voix inversée était utilisée en perm a nen –
ce à la place de la voix soufflée habituelle. Nous présenterons
l’ensemble des investigations clinique et fonctionnelle réalisées
auprès de ce patient. Nous nous sommes également intéressés
au contexte psychodysfonctionnel particulier dans lequel ce
patient se débattait. Les investigations instrumentales concer –
nant la fréquence fondamentale et l’aspect laryngé nous ont
permis de retrouver les mêmes résultats que ceux de la littéra –
ture. Nous parlerons de la prise en charge orthophoni que, de
ses difficultés et des moyens proposés au patient afin qu’il
puisse accepter d’utiliser sa voix soufflée expiratoire.

La cinématographie ultra rapide du larynx, ses apports en phoniatrie

La cinématographie ultra rapide du larynx, ses apports en phoniatrie

Le développement dans le domaine médical de la cinématographie
ultrarapide (CUR) et sa diffusion prochaine en clinique
phoniatrique vont sans doute changer notre façon de voir les
larynx et de diagnostiquer ses troubles. Jusqu’à présent seule la
stroboscopie pouvait nous renseigner sur l’aspect vibratoire des
cordes vocales mais avec certaines limites. En effet l’observation
du mouvement d’ondulation des cordes vocales n’est en
réalité qu’un mouvement apparent. Il est rendu possible grâce
au phénomène de la persistance rétinienne des images et à un
éclairage intermittent des cordes vocales réglé sur la fréquence
de la voix et décalé de quelque Hertz. Cette technique présente
plusieurs inconvénients : nécessité qu’il y ait de la voix pour
déclencher la lumière stroboscopique ; enregistrement d’un
faible nombre d’image par seconde (25 i/s) ; perte d’images
correspondant à la période non éclairée entre deux flashs ;
étude limitée dans le haut du spectre vocal (démultiplication).
La cinématographie ultra rapide apporte une grosse différence
de conception puisque l’enregistrement numérique permet de
filmer jusqu’à 4000 images par seconde avec un éclairage
permanent du larynx. La lecture ralentie de séquences courtes
permet de visualiser le mouvement réel des structures vibrantes,
d’analyser le comportement du vibrateur pendant les phases
transitoires de l’attaque, de l’amortissement et de l’extinction du
son. Les séquences filmées en haute résolution permettent une
analyse fine des mouvements de rapprochement et d’écartement
des cordes vocales dans les phases d’inspiration phonation,
ainsi que le diagnostic de lésions cordales.

Physiologie de la Voix Chantée: vibrations laryngées et adaptations phono-résonantielles

Physiologie de la voix chantée: vibrations laryngées et adaptations phono-résonantielles

Voici le titre d’un article à visée du grand public, rédigé à l’occasion des 40èmes Entretiens de Médecine physique et de réadaptation organisés à Montpellier en Mars 2012, et publié dans l’ouvrage collectif La voix parlée et la voix chantée. Ce chapitre porte sur la caractérisation physiologique de la voix dans ses expressions musicales, et il fait suite au chapitre sur la physiologie de la voix parlée.

Que notre voix soit parlée ou chantée, nous faisons usage du même instrument. Les différences entre voix parlée et voix chantée ne sont donc pas anatomiques. Elles proviennent du contrôle de l’instrument, de l’exploration de ses possibles, de la conscientisation de son usage. Nous avons fait le choix de résumer dans ce chapitre certains aspects de la physiologie de la voix chantée, à partir de la littérature et de  recherches propres. Nous nous intéressons aux questions de contrôle de la hauteur et de gestion du timbre, en laissant de côté les aspects de physiologie respiratoire et de neurophysiologie. Après une description rapide de l’instrument vocal, nous nous intéressons à la gestion pneumo-phonatoire. Nous présentons certaines caractéristiques des vibrations laryngées: la vibration glottique, les mécanismes laryngés, le lien entre pression sous-glottique, hauteur, intensité et contact glottique, la vibration vestibulaire. Nous nous intéressons ensuite aux adaptations phono-résonantielles, induites par l’acoustique (exemple de l’accord entre première résonance et premier harmonique) ou par le style (exemple d’accord entre la seconde résonance et des harmoniques).

Vous pouvez retrouver cet article sur la plate-forme HAL: résumétexte intégral.