Troubles de la parole dans le cancer de la cavité buccale et de l’oropharynx : le projet C2SI

Projet C2SI : « Carcinologic Speech Severity Index : mesure de l’impact des
traitements des cancers de la cavité buccale et du pharynx sur la
production de la parole par l’Indice de sévérité des troubles de la
production de la parole ».
Direction : Dr. V. Woisard
Durée : 2015-2017
Site web : http://petra.univ-tlse2.fr/spip.php?article248

 

La diminution de la mortalité en cancérologie rend prioritaire l’attention portée à la qualité de vie (QdV) après cancer. Cependant, les outils usuels pour mesurer la QdV ne sont pas adaptés à l’évaluation des résultats fonctionnels des traitements carcinologiques. Des protocoles ont été proposés pour les troubles de la voix dans les  cancers du larynx.  Cela n’est pas le cas des cancers de la cavité buccale et du pharynx, dont les conséquences n’atteignent pas la voix mais la l’articulation de la parole, alors qu’ils sont plus fréquents. Dans ce contexte, nous proposons de développer un index de sévérité des troubles de la parole décrivant les résultats thérapeutiques des protocoles complétant les taux de survie.
L’intelligibilité de la parole est la méthode utilisée pour quantifier la sévérité des troubles neurologiques de la parole. Mais cette mesure est peu fiable en pratique en raison notamment de l’effet de familiarité à ce type de parole et à la faible reproductibilité inter juge.
Récemment, les outils de traitements automatiques de la parole  ont été reconnus comme une méthode d’évaluation objective, standardisable des troubles de la communication secondaires aux troubles de la production de la parole.
Notre hypothèse est que le traitement automatique  peut être utilisé pour  mesurer  l’impact d’un trouble de la parole sur les capacités de communication en donnant un indice de sévérité  chez les patients traités pour un cancer  de  la cavité buccale ou du pharynx : le C2SI Carcinologic Speech Severity Index.
L’objectif principal est de montrer que le C2SI obtenu par le traitement automatique  peut être équivalent ou supérieur  à un score d’intelligibilité  obtenu par des auditeurs humains,  en terme de prédiction  du handicap de parole,  pour des patients traités pour un cancer des VADS.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.