Thèse de musicologie de Céline Chabot-Canet ou comment expliciter l’indicible de la voix dans la chanson française

“Interprétation, phrasé et rhétorique vocale dans la chanson française depuis 1950 : expliciter l’indicible de la voix”

Thèse de doctorat de Musicologie soutenue le 27 Juin 2013 sur Lyon par Céline CHABOT-CANET, devant le jury suivant :
– M. Stéphane Hirschi, Professeur, Université de Valenciennes (rapporteur)
– M. Serge Lacasse, Professeur, Université Laval, Québec, Canada (rapporteur)
– M. Gérard Le Vot, Maître de conférences, Université Lyon 2
– M. Xavier Rodet, Professeur, IRCAM, Université Paris 6
– M. Pierre Saby, Professeur, Université Lyon 2 (directeur de thèse)

Résumé (Abstract in English below)

Interprétation, phrasé et rhétorique vocale dans la chanson française depuis 1950 : expliciter l’indicible de la voix.

L’enjeu de cette thèse est d’étudier la chanson non dans sa dialectique parole/musique, mais par la saisie d’une troisième entité : l’interprétation vocale. Il s’agit à la fois d’en faire émerger l’importance fondamentale et la richesse et de lui conférer sa légitimité d’objet d’étude par la mise en place d’un protocole méthodologique et lexical spécifique qui en autorise l’analyse – au même titre que la composition – malgré son caractère mouvant et réputé réfractaire à la théorisation. Abordée comme objet complexe (selon la terminologie d’Edgar Morin), elle est soumise au feu croisé des disciplines (musicologie, linguistique, rhétorique, acoustique) pour pousser autant qu’il est possible son objectivation. Sous l’égide de la musicologie, l’utilisation d’outils informatiques permet d’établir une complémentarité entre les perspectives des sciences humaines et des sciences exactes, de capter et d’analyser les spécificités interprétatives, aussi bien dans leurs caractères dominants qu’agogiques, leurs rapports à la partition, leur complexité combinatoire au sein des méta-paramètres (timbre, rythme, phrasé) et les tensions dialogiques qui les parcourent (variation/répétition, mélodicité/insertion du bruit, chanté/parlé). Le large corpus de chanteurs d’expression française (du style Rive gauche à la Nouvelle chanson française) permet d’appréhender, au travers d’analyses d’enregistrements en studio ou en concert, la spécificité irréductible de chacun, émanation d’un corps unique, mais aussi de grands réseaux tendanciels de parentés stylistiques. Mise en avant par la perspective sémiologique, autour des notions de stratégie et de visées interprétatives, de rhétorique vocale, de suscitation du pathos et d’expression de l’ethos, se fait jour une typologie des styles interprétatifs, ouverte sur la prise en compte de l’originalité intrinsèque de chaque interprète et sur l’intégration des évolutions génériques ultérieures.

MOTS CLÉS : ANALYSE SPECTRALE, CHANSON FRANÇAISE, CHANSON FRANCOPHONE, CHANT, EXPRESSIVITÉ, INTERPRÉTATION VOCALE, MUSIQUES POPULAIRES, PERFORMANCE VOCALE, VOIX, PHRASÉ, PROSODIE, RHÉTORIQUE VOCALE, TIMBRE.

 

 The performance, the phrasing and the vocal rhetoric of the
French song since 1950 : clarifying the inexpressible of the voice.

The present thesis focuses on the study of the song not in its word and music dialectic but through the acquisition of a third entity : the vocal rendition. The point is to reveal its critical importance and richness and make it legitimate as a subject of study as the result of the implementation of a specific methodological and lexical protocol that allows the analysis – as with the composition – although its changeable nature is not conducive to theorizing. Considered as a complex object (according to Edgar Morin’s terminology), vocal rendition is submitted to the crossfire of various disciplines (musicology, linguistics, rhetoric, acoustics) in order to favour as far as it is possible its objectivization. Within the framework of musicology, the use of computer tools makes it possible to establish a complementarity between the perspectives of social sciences and exact sciences, to catch and analyse the peculiarities of the performances both in their dominant or agogic characters, their connexions to the score, their combinatorial complexity within the meta-parameters (timbre, rhythm, phrasing), as well as the dialogical tensions which run through them (variation and repetition, melodicity and noise integration, singing and speaking parts). Thanks to the existence of a large body of French-speaking singers (from Rive Gauche style to Nouvelle chanson française) it is possible by studying studio and concert recordings to grasp the irreducible specificity of everyone (what is issued from a unique body) as well as the great underlying networks of stylistic relationships. Disclosed by the semeiological perspective, around the notions of strategy and performance designs, vocal rhetoric, the way to induce pathos and to express ethos, there emerges a typology of performing styles that is open to considering the intrinsic originality of each performer and integrating further generic developments.

KEY WORDS : SPECTRUM ANALYSIS, FRENCH SONG, FRENCH-SPEAKING SONG, SINGING, EXPRESSIVENESS, VOCAL RENDITION, POPULAR MUSICS, VOCAL PERFORMANCE, VOICE, PHRASING, PROSODY, VOCAL RHETORIC, TIMBRE.


1 réflexion sur « Thèse de musicologie de Céline Chabot-Canet ou comment expliciter l’indicible de la voix dans la chanson française »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.