La cinématographie ultra rapide du larynx, ses apports en phoniatrie

La cinématographie ultra rapide du larynx, ses apports en phoniatrie

Le développement dans le domaine médical de la cinématographie
ultrarapide (CUR) et sa diffusion prochaine en clinique
phoniatrique vont sans doute changer notre façon de voir les
larynx et de diagnostiquer ses troubles. Jusqu’à présent seule la
stroboscopie pouvait nous renseigner sur l’aspect vibratoire des
cordes vocales mais avec certaines limites. En effet l’observation
du mouvement d’ondulation des cordes vocales n’est en
réalité qu’un mouvement apparent. Il est rendu possible grâce
au phénomène de la persistance rétinienne des images et à un
éclairage intermittent des cordes vocales réglé sur la fréquence
de la voix et décalé de quelque Hertz. Cette technique présente
plusieurs inconvénients : nécessité qu’il y ait de la voix pour
déclencher la lumière stroboscopique ; enregistrement d’un
faible nombre d’image par seconde (25 i/s) ; perte d’images
correspondant à la période non éclairée entre deux flashs ;
étude limitée dans le haut du spectre vocal (démultiplication).
La cinématographie ultra rapide apporte une grosse différence
de conception puisque l’enregistrement numérique permet de
filmer jusqu’à 4000 images par seconde avec un éclairage
permanent du larynx. La lecture ralentie de séquences courtes
permet de visualiser le mouvement réel des structures vibrantes,
d’analyser le comportement du vibrateur pendant les phases
transitoires de l’attaque, de l’amortissement et de l’extinction du
son. Les séquences filmées en haute résolution permettent une
analyse fine des mouvements de rapprochement et d’écartement
des cordes vocales dans les phases d’inspiration phonation,
ainsi que le diagnostic de lésions cordales.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.