La Voix des vendeurs de programmes à l’Opéra de Paris

LA VOIX DES VENDEURS DE PROGRAMMES A L’OPÉRA DE PARIS : Myriam Mota et Virginie Silva


A droite, à gauche, de tous côtés, des glapissements de criée mettaient des notes aiguës de petite flûte, au milieu des basses sourdes de la foule. (Zola, Le Ventre de Paris)

Madame Marty s’attardait devant les tables de proposition, parmi les appels enroués des vendeurs, dans le bruit d’or des caisses. (Zola, Au Bonheur des Dames)

Quand l’écrivain dépeint les « glapissements de criée [mettant] des notes aiguës de petite flûte, au milieu des basses sourdes de la foule », la littérature scientifique parle de caractéristiques de la « parole Lombard ». Face aux « appels enroués des vendeurs », l’orthophoniste évoque un risque de trouble vocal.
En effet, parmi ses habilitations, l’orthophoniste rééduque les troubles de la voix notamment professionnelle. Dans une perspective de prévention, il peut également mener à bien des études visant à détecter des situations à risque pour la voix. Ses recherches se font souvent au sein d’une équipe pluridisciplinaire : phoniatre, acousticien, linguiste, etc.
Notre étude aborde ainsi une population de vendeurs dont l’outil principal de travail est la voix. Il s’agit d’une profession bien spécifique : les vendeurs de programmes exercent dans les murs de l’Opéra depuis 1875. Professionnels de la voix, leurs annonces sont émises dans le bruit de la foule et s’en démarquent pour atteindre les oreilles des spectateurs venus à l’Opéra. Dans une situation à triple objectif de communication, ils cherchent donc à être entendus, compris et à vendre
Nous nous intéressons donc aux conditions d’émission vocale de ces vendeurs de programme et décrirons dans un premier temps les fondements théoriques de la voix professionnelle, les études et protocoles utilisés actuellement pour rendre compte de la complexité de l’utilisation de la voix au travail.
Dans un deuxième temps, nous présenterons le protocole de recherche utilisé, les analyses qui en découlent, les interprétations des résultats dont nous discuterons enfin les limites et perspectives futures de recherche.


1 réflexion sur « La Voix des vendeurs de programmes à l’Opéra de Paris »

  1. Bonjour,

    pourriez-vous m’indiquer si vous avez en votre possession des enregistrements vocaux ou vidéo de vendeurs de programmes ? Mon Père à vendu des programmes au début des années 60 à la Gaité Lyrique puis à l’Opéra comique et à l’Opéra Garnier de jusqu’en 1992. Ma mère était vendeuse de programmes à la salle Favart à partir des années 70 jusqu’en 2005. J’ai moi-même vendu des programmes avec mon frère au Palais des congrés, grand palais et à l’Opéra Bastille de 1985 à 1992.
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.