Premier congrès international interdisciplinaire sur la voix en Espagne – 25-26 Novembre 2016

Voici le premier congrès international espagnol organisé sur la voix dans une approche interdisciplinaire. Il se tiendra à Madrid les 25 et 26 Novembre 2016. Il est organisé par l’Institut Espagnol de la Voix (Spanish Institute of Voice).

Toutes les informations sur : http://institutovoz.wix.com/instituto#!spanishcongress/c1ox3

Troubles de la parole dans le cancer de la cavité buccale et de l’oropharynx : le projet C2SI

Projet C2SI : « Carcinologic Speech Severity Index : mesure de l’impact des
traitements des cancers de la cavité buccale et du pharynx sur la
production de la parole par l’Indice de sévérité des troubles de la
production de la parole ».
Direction : Dr. V. Woisard
Durée : 2015-2017
Site web : http://petra.univ-tlse2.fr/spip.php?article248

 

La diminution de la mortalité en cancérologie rend prioritaire l’attention portée à la qualité de vie (QdV) après cancer. Cependant, les outils usuels pour mesurer la QdV ne sont pas adaptés à l’évaluation des résultats fonctionnels des traitements carcinologiques. Des protocoles ont été proposés pour les troubles de la voix dans les  cancers du larynx.  Cela n’est pas le cas des cancers de la cavité buccale et du pharynx, dont les conséquences n’atteignent pas la voix mais la l’articulation de la parole, alors qu’ils sont plus fréquents. Dans ce contexte, nous proposons de développer un index de sévérité des troubles de la parole décrivant les résultats thérapeutiques des protocoles complétant les taux de survie.
L’intelligibilité de la parole est la méthode utilisée pour quantifier la sévérité des troubles neurologiques de la parole. Mais cette mesure est peu fiable en pratique en raison notamment de l’effet de familiarité à ce type de parole et à la faible reproductibilité inter juge.
Récemment, les outils de traitements automatiques de la parole  ont été reconnus comme une méthode d’évaluation objective, standardisable des troubles de la communication secondaires aux troubles de la production de la parole.
Notre hypothèse est que le traitement automatique  peut être utilisé pour  mesurer  l’impact d’un trouble de la parole sur les capacités de communication en donnant un indice de sévérité  chez les patients traités pour un cancer  de  la cavité buccale ou du pharynx : le C2SI Carcinologic Speech Severity Index.
L’objectif principal est de montrer que le C2SI obtenu par le traitement automatique  peut être équivalent ou supérieur  à un score d’intelligibilité  obtenu par des auditeurs humains,  en terme de prédiction  du handicap de parole,  pour des patients traités pour un cancer des VADS.

DFasma : un nouvel outil logiciel pour analyser et comparer des fichiers audio

Bonjour à tous!

Certains d’entre vous se rappellent sûrement du logiciel Xspect avec nostalgie, qui nous permettait de comparer formes d’ondes, spectres d’amplitude et de phase. Malheureusement, même les meilleurs logiciels ne survivent pas toujours l’évolution des librairies de programmation.

Je vous propose un wanna-be successeur, DFasma, un logiciel léger qui permet differentes analyses (DFT en temps-réel, spectrogram, jouer une sélection temps-fréquence d’un fichier audio, comparaison de formes d’ondes et spectrograms, etc.)

ss_segmentation
Si vous voulez en savoir plus …
http://gillesdegottex.github.io/dfasma

… et pour télécharger des installateurs pour votre platforme préférée (Linux, OSX ou Windows):
https://github.com/gillesdegottex/dfasma/releases

Soutenance d’HDR sur la voix humaine

AVIS DE SOUTENANCE D‘HDR
Vendredi 4 Décembre 2015 à 13h45

Soutenance de  Nathalie HENRICH BERNARDONI  pour une Habilitation à Diriger les Recherches (HDR) de l’Université de Grenoble Alpes (UGA),  spécialité  Ingénierie pour la santé, la cognition, l’environnement

Intitulé de l’HDR :« La voix humaine: vibrations, résonances, interactions pneumo-phono-résonantielles« 

Lieu de soutenance de l’HDR : GIPSA-lab, salle Mont-Blanc

MEMBRES DU JURY

Dr. Rachid Ridouane, rapporteur, LPP, Paris
Pr. Dominique Morsomme, rapporteur, Université de Liège, Belgique
Dr. Christophe d’Alessandro, rapporteur, LIMSI-CNRS, Orsay
Pr. Malte Kob, examinateur, Detmold Hochschule für Musik, Allemagne
Pr. Antoine Giovanni, examinateur, CHU La Timone, Marseille

 

Atelier Sciences et Voix : La féminisation vocale

Les Ateliers Sciences et Voix  reprennent pour une nouvelle Saison ASV4, à l’amphithéâtre de la Maison Jean Kuntzman sur le campus universitaire de Grenoble, avec le  soutien du service Mi2S, de la Société Française d’Acoustique et de l’Association Francophone de la Communication Parlée.

Ils sont diffusés en live et en différé : http://atelier-sciences-voix.fr

Ce Vendredi 4 Décembre 2015 de 9h30 à 12h, le thème de l’atelier sera « La féminisation vocale». Il sera animé par Dominique Morsomme, Professeur et logopède spécialisée en voix, Université de Liège, Belgique.
L’Atelier suivant aura lieu le  Jeudi 11 Février 2016 de 9h30 à 12h sur le thème «La mémoire musicale : de la neuroimagerie à la clinique », animé par Hervé Patel, Professeur de neuropsychologie et chercheur à l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale). Il sera suivi d’une soirée le même jour sur le thème « Musique et Mémoire », avec projection d’un film et table ronde avec les présidentes des Associations « Musique & Mémoire France » et « Music & Memory Europe ».

Deux propositions de stage sur les interactions vocales Homme-Machine

========================================================================
Modèles connexionnistes pour la génération automatique de texte dans le cadre de l’interaction vocale

Encadrants : Dr Stéphane Huet, Dr Bassam Jabaian, Prof. Fabrice Lefèvre

Descriptif du stage :
Les systèmes d’interaction vocales utilisés dans des applications comme la réservation de billets d’avion ou d’hôtels, ou bien encore pour le dialogue avec un robot, font intervenir différents composants. Parmi ceux-ci figure le module de génération de texte qui produit la réponse du système en langage naturelle à partir d’une représentation sémantique interne créée par le gestionnaire de dialogue.

Les systèmes de dialogue actuels intègrent des modules de génération basés sur des règles ou patrons lexicaux définis manuellement, par ex :

confirm(type=$U, food=$W,drinks=dontcare)
→ Let me confirm, you are looking for a $U serving $W food and any kind of drinks right ?

Ces modules gagneraient à se baser sur des méthodes d’apprentissage automatique afin de faciliter la portabilité des systèmes de dialogue vers de nouvelles tâches et améliorer la diversité des réponses générées. Parmi ces méthodes figurent les réseaux de neurones qui ont vu un regain d’intérêt depuis l’introduction de la notion de « deep learning ». De tels réseaux de neurones ont déjà été employés par le laboratoire de recherche de Google pour une tâche de génération de description d’images (http://googleresearch.blogspot.fr/2014/11/a-picture-is-worth-thousand-coherent.html) proche de celle qui nous intéresse ici. Ainsi l’objectif de ce stage est d’étudier l’utilisation de ces modèles précisément dans le cadre de l’interaction vocale.

Si un intérêt pour l’apprentissage automatique et le traitement de la langue naturelle est souhaitable, il est attendu surtout du stagiaire de bonnes capacités en développement logiciel. Le stagiaire travaillera dans le contexte d’une plateforme d’interaction vocale complète et pourra élargir son champ d’investigation aux autres composants. Plusieurs pistes pour une prolongation en thèse sont ouvertes.

Durée du stage : 6 mois
Rémunération : Environ 529€ / mois
Thématique associée au stage : Systèmes de dialogue homme-machine, génération du langage naturelle, apprentissage automatique…

========================================================================
Humour et systèmes d’interaction vocale

Encadrants : Dr Bassam Jabaian, Dr Stéphane Huet, Prof. Fabrice Lefèvre

Descriptif du stage : Automatisation de productions humoristiques.

Des travaux précédents en linguistique ont permis d’établir les bases d’une taxonomie des mécanismes d’humour interactionnels. En partant de cette base la question que nous souhaitons aborder dans ce travail est : peut-on automatiser la production de traits humoristiques dans un dialogue homme-machine finalisé et si oui quel est l’impact sur les performances du dialogue ?

Bien sur il ne peut s’agir de reproduire exactement les capacités générales d’un humain, qui sont très complexes à décrire et certainement impossible à automatiser, mais plutôt d’extraire certains mécanismes suffisamment réguliers pour les formaliser et les faire exécuter en situation de dialogue. Cela devrait permettre de produire un effet décalé, donnant ainsi une dimension de sympathie au système d’interaction dans la perception de l’utilisateur.

D’un point de vue pragmatique plusieurs types de production (plus ou moins indépendamment du mécanisme humoristique utilisé) sont déjà envisagés, réactionnel ou générationnel :
1. Dans le premier cas on détecte une opportunité (présence de connecteurs), puis on réagit (génération de disjoncteurs). C’est le cas de l’humour basé sur les mots polysémiques, i.e. on repère un mot que le système fait semblant de comprendre dans son sens « gênant » ou inadapté.
2. Dans le second cas, on propose un trait d’humour ex-nihilo ou après détection d’une nécessité de facilitation, par exemple lors de l’apparition d’un désalignement (l’évolution normale du dialogue est gênée par une ou plusieurs incompréhensions). Il s’agit alors de calembours (« puns »), mots d’esprits ou histoires drôles (« jokes »). On pourra alors avoir recours à une base prédéfinie de blagues et les sélectionner selon le contexte de dialogue (au moyen de technique de recherche d’information classique).

L’objectif est de pouvoir implémenter les solutions retenues sur les robots NAO d’Aldebaran, disponibles au laboratoire, dans le contexte d’une tâche simple (jeux). Au-delà de l’intérêt pour la thématique de l’intelligence artificielle sous-jacente au sujet il est principalement attendu du stagiaire de très bonnes compétences en développement logiciel. Ce stage ouvre sur plusieurs possibilités de poursuite en thèse dans le domaine de la communication Homme-Machine pour l’intelligence artificielle.

Durée du stage : 6 mois
Rémunération : Environ 529€ / mois
Thématique associée au stage : Systèmes de dialogue homme-machine, compréhension de la parole, gestion du dialogue, apprentissage automatique.
========================================================================

Les étudiants intéressés sont invités à envoyer un email à fabrice.lefevreAtuniv-avignon.fr, bassam.jabaianAtuniv-avignon.fr et stephane.huetAtuniv-avignon.fr en indiquant le sujet visé (ou les 2) et en joignant un dossier d’évaluation (avec au moins un CV, un relevé de notes des 2 dernières années et une lettre de motivation).

Une première sélection aura lieu le 24/11/15.

Bien cordialement,
– Fabrice Lefevre


Fabrice Lefèvre, LIA-CERI-Univ. Avignon
BP 91228, 84911 Avignon Cedex 9, FRANCE
tel 33 (0)4 90 84 35 63/ fax – – – – 01

Jeudi 16 Avril 2015 : Journée Mondiale de la Voix

Comme chaque année, nous célébrons ce Jeudi 16 Avril la Journée Mondiale de la Voix.
Retrouvez sur le site http://journee-mondiale-voix.fr/jmv-2015/ toutes les manifestations organisées en France à l’occasion de cette journée. Paris, Marseille, Albi, Grenoble … Ne ratez pas l’événement qui se passe à côté de chez vous !

Cette journée mondiale de la voix a une dynamique internationale avec plus de 460 événements organisés à travers le monde, et un « concert vocal global » qui se propagera en 24 heures sur la planète ! Retrouvez l’ensemble des manifestations nationales sur le site http://world-voice-day.org

L’ASV s’intéresse au coeur aphone de la voix

Le prochain Atelier Sciences et Voix portera un regard psychanalytique sur la voix. Il aura lieu le Mercredi 25 Mars 2015 de 14h à 16h30 à Grenoble. Il sera animé par Claire Gillie, Psychanalyste, Docteur en Anthropologie Psychanalytique, Professeur agrégé de musicologie.

«Le cœur aphone de la voix à l’épreuve de la psychanalyse»

La voix n’a de cesse de jouer avec les limites du corps pour les transgresser jusqu’à le mettre en péril : dans l’aphonie, le visage déserté par la parole n’est plus que masque ouvert sur la béance du « rien qui sort ». L’aphonie tarit la voix de celui qui voudrait s’inscrire dans la polyphonie sociale. Son discours est subverti par le silence, sa voix se réduit à un corps gesticulant : il n’est plus que corps déserté par la langue, langage troué par le corps mutique. Il se présente souvent comme ayant « sacrifié sa voix sur l’autel de sa profession », avant qu’une écoute clinique ne l’invite à révéler « une autre plainte ». C’est alors que le lamento du patient se fait requiem : « ma voix m’a quittée », « quand je n’ai plus ma voix, je ne suis plus rien », « je parle et rien ne sort », etc.

Sur la scène lyrique, comme sur la scène ethnomusicologique, c’est la mort aux trousses que la voix vient parer les paroles de ses plus beaux atours musicaux ou des pires monstruosités invocatoires. Possédé par « la voix de l’autre », le sujet s’exhibe dans son propre dénuement vocal pour n’être – le temps du concert ou le temps d’un rite – que travesti vocal. N’en est-il pas de même sur la scène politique, la scène religieuse, et bien d’autres encore, où des vetos sont promulgués pour interdire toute jouissance vocale qui viendrait troubler l’ordre social, condamnant ainsi la voix à une forme d’errance perpétuelle ?

Nous verrons que la voix – par structure – emprunte le chemin de toutes les tentations, et joue à quitte ou double avec les ruptures et les excentricités vocales. Un détour par la sociologie et l’anthropologie nous montrera que la voix, en quête pourtant de signature vocale, semble se rebeller devant toute assignation vocale. Refusant tout passeport vocal, elle vit en marge du corps et de la parole.

Elle n’est jamais là où on l’attend (et l’entend). Car en elle, pulse un cœur aphone, une part non sonore, insue d’elle, et qui appelle l’autre en un point sourd. La psychanalyse nous rappelle que derrière la « voix de nature » et la « voix de culture », existe une « voix de structure ». Paradoxalement silencieuse, cette voix pulsionnelle –que Lacan a conceptualisée en tant que « pulsion invocante » – c’est celle de « l’Autre » qui fait de nous des êtres plus « parlés » que « parlants », passagers clandestins de notre propre parole. A moins que …

 

 

  • GILLIE C., Voix éperdues, Solipsy, avril 2014.
  • De l’autre côté de la voix, sous la dir. de GILLIE, C., éditions Solipsy, 2012.
  • La voix aveugle, sous la dir. de GILLIE, C., éditions Solipsy, 2012.
  • La voix sur les braises, sous la dir. de GILLIE, C., éditions Solipsy, 2013.
  • Vox Dolorosa, sous la dir. de GILLIE, C., éditions Solipsy, 2014.
  • La voix entre chien et loup, sous la dir. de GILLIE, C., éditions Solipsy, 2015.

 

 

http://www.clairegillie.com/
http://journeemondialevoixcgillie.com/
http://www.shc.univ-paris-diderot.fr/spip.php?article638
http://www.solipsy-editions.fr/
http://www.crpm.univ-paris-diderot.fr/spip.php?article255

Cantor Digitalis remporte le concours d’instruments musicaux « Margaret Guthman ».

La voix (de synthèse), le plus expressif des nouveaux instruments de musique.

C’est un instrument vocal, le Cantor Digitalis (http://cantordigitalis.limsi.fr/) qui a remporté cette année le « Margaret Guthman Musical Instrument Competition ».

Ce concours international se tient tous les ans pour récompenser les instruments de musique les plus originaux, les plus sophistiqués techniquement, et les plus convaincants musicalement. A l’origine un concours de piano, ce concours s’est tourné ensuite vers a création musicale (http://guthman.gatech.edu/).

Sur une centaine de candidats au départ, 20 demi-finalistes se sont retrouvés à Atlanta les 19 et 20  février 2015. Parmi eux, 9 ont été sélectionnés pour la finale, sous forme d’un concert public dans la grande salle de la Music School (College of Architecture) de Georgia Tech.

Le jury comprenait un professeur du Media Lab à MIT (Jo Paradiso), un rappeur, DJ et producteur de hip hop (DJ Hurricane) et un producteur (Graham Marsh).

Il semble bien que ce soit l’expressivité de cet instrument vocal chironomique qui ait emporté l’adhésion du jury.