Archives pour la catégorie Vie scientifique des laboratoires

Troubles de la parole dans le cancer de la cavité buccale et de l’oropharynx : le projet C2SI

Projet C2SI : « Carcinologic Speech Severity Index : mesure de l’impact des
traitements des cancers de la cavité buccale et du pharynx sur la
production de la parole par l’Indice de sévérité des troubles de la
production de la parole ».
Direction : Dr. V. Woisard
Durée : 2015-2017
Site web : http://petra.univ-tlse2.fr/spip.php?article248

 

La diminution de la mortalité en cancérologie rend prioritaire l’attention portée à la qualité de vie (QdV) après cancer. Cependant, les outils usuels pour mesurer la QdV ne sont pas adaptés à l’évaluation des résultats fonctionnels des traitements carcinologiques. Des protocoles ont été proposés pour les troubles de la voix dans les  cancers du larynx.  Cela n’est pas le cas des cancers de la cavité buccale et du pharynx, dont les conséquences n’atteignent pas la voix mais la l’articulation de la parole, alors qu’ils sont plus fréquents. Dans ce contexte, nous proposons de développer un index de sévérité des troubles de la parole décrivant les résultats thérapeutiques des protocoles complétant les taux de survie.
L’intelligibilité de la parole est la méthode utilisée pour quantifier la sévérité des troubles neurologiques de la parole. Mais cette mesure est peu fiable en pratique en raison notamment de l’effet de familiarité à ce type de parole et à la faible reproductibilité inter juge.
Récemment, les outils de traitements automatiques de la parole  ont été reconnus comme une méthode d’évaluation objective, standardisable des troubles de la communication secondaires aux troubles de la production de la parole.
Notre hypothèse est que le traitement automatique  peut être utilisé pour  mesurer  l’impact d’un trouble de la parole sur les capacités de communication en donnant un indice de sévérité  chez les patients traités pour un cancer  de  la cavité buccale ou du pharynx : le C2SI Carcinologic Speech Severity Index.
L’objectif principal est de montrer que le C2SI obtenu par le traitement automatique  peut être équivalent ou supérieur  à un score d’intelligibilité  obtenu par des auditeurs humains,  en terme de prédiction  du handicap de parole,  pour des patients traités pour un cancer des VADS.

Evaluation de la justesse vocale en contexte mélodique

Evaluation de la justesse vocale en contexte mélodique

Thèse de doctorat de Pauline Larrouy-Maestri, soutenue à l’Université de Liège en Belgique le 11 Septembre 2013.

Pour télécharger le manuscrit de thèse : http://hdl.handle.net/2268/156426

Résumé

Afin de déterminer si une performance vocale mélodique est « juste » ou « fausse », de mieux comprendre les causes d’un trouble de justesse ou encore de porter un jugement sur la qualité d’un chanteur, des outils d’évaluation sont nécessaires. Actuellement, deux méthodes existent pour évaluer la justesse d’une performance. La méthode « subjective » fait appel à des juges alors que la méthode « objective » utilise des outils informatiques. Si la première permet une évaluation rapide, elle manque de précision. La méthode objective semble actuellement privilégiée mais les outils utilisés montrent également des limites que notre recherche a pour objectif de dépasser.

La première étape consistait à mettre au point une méthode objective fonctionnelle et tenant compte des différentes erreurs mélodiques dictées par le système tonal occidental (respect des contours, de la taille des intervalles et de la tonalité). Nous l’avons alors appliquée à l’évaluation de voix de chanteurs occasionnels et professionnels. Ces premières études nous ont permis de constater la fonctionnalité et la légitimité de notre méthode mais également ses limites lorsqu’il s’agit d’analyse des signaux complexes tels que les voix de chanteurs lyriques. Dans un deuxième temps, nous avons observé la pertinence de cette méthode, c’est-à-dire l’intérêt d’évaluer des performances en contexte mélodique (par rapport à des tâches d’imitation de sons isolés) et l’intérêt de différencier les erreurs mélodiques possibles (dictées par le système tonal occidental). Les résultats de ces études nous permettent d’envisager les nombreuses perspectives cliniques et expérimentales de nos outils. Finalement, la confrontation de notre méthode objective avec l’évaluation effectuée par des experts en musique nous a permis d’analyser leur évaluation de performances chantées par des chanteurs occasionnels ou lyriques, et ainsi de mieux comprendre la notion de justesse.

Au travers de sept études, nous avons donc exploré les aspects méthodologiques et théoriques de la justesse en contexte mélodique, par l’élaboration d’une méthode d’évaluation fonctionnelle et pertinente mais également par la clarification de la définition de justesse vocale en contexte mélodique.

La charge vocale : De sa quantification à l’étude de son impact sur la fonction phonatoire et sur la qualité vocale

La charge vocale : De sa quantification à l’étude de son impact sur la fonction phonatoire et sur la qualité vocale
[Vocal loading: Quantification and evaluation of its impact on phonatory function and voice quality]

Thèse de Doctorat en Sciences de la santé humaine-ORL soutenue par Angélique Remacle en Mai 2013

Toutes les infos et la thèse sont disponibles à: http://orbi.ulg.ac.be/handle/2268/147560

Résumé

Ce travail étudie la charge vocale principalement chez les enseignants. La prévalence élevée des troubles de la voix chez ces professionnels serait en partie liée aux trois facteurs principaux de charge vocale que sont la durée de phonation, le niveau de pression sonore, et la fréquence vocale. Ces facteurs sont associés à des contraintes mécaniques appliquées aux plis vocaux lors de la vibration, potentiellement responsables de microtraumatismes du tissu, et participant au développement de lésions bénignes.

Notre contribution intervient à deux niveaux d’étude de la charge vocale. Dans un premier temps, nous l’avons quantifiée en situation écologique dans une population d’enseignantes, en comparant deux niveaux de l’enseignement ordinaire belge : le maternel et le primaire. A cette fin, le comportement vocal de 12 enseignantes du maternel et de 20 enseignantes du primaire a été enregistré durant une semaine de travail, à l’aide d’un système de dosimétrie. Les objectifs étaient, d’une part, de déterminer les différences d’utilisation vocale selon le niveau d’enseignement, et d’autre part, de comparer l’utilisation vocale professionnelle et extra-professionnelle des enseignantes. Globalement, nos résultats montrent une charge vocale plus élevée en situation professionnelle qu’en situation extra-professionnelle. Par ailleurs, les enseignantes du maternel présentent une charge vocale plus élevée que celles du primaire, en termes de nombre de cycles vibratoires et de distance parcourue par les plis vocaux.

Dans un deuxième temps, nous avons étudié l’impact de la charge vocale sur la fonction phonatoire et sur la qualité vocale en condition de laboratoire. Une première condition expérimentale avait pour but d’améliorer la compréhension des facteurs de durée et d’intensité de la charge vocale, en soumettant 50 femmes normophoniques à 2 heures de charge, réalisées à deux reprises en variant le niveau d’intensité. Une seconde condition expérimentale avait pour but de comparer les effets de 2 heures de charge chez 16 enseignantes normophoniques et 16 enseignantes dysphoniques. Les effets de la charge vocale ont été évalués à l’aide de mesures objectives et subjectives. Les principaux résultats montrent plus d’impact de la durée que de l’intensité de la charge sur les paramètres observés. Par ailleurs, peu de différences sont observées entre les deux groupes d’enseignantes au cours de la tâche de charge, suggérant que les enseignantes dysphoniques présentent une bonne résistance durant la charge.

Synthèse par règles de la voix chantée contrôlée par le geste et applications musicales (le 26/09/2013)

De la part de Lionel Feugère.

Je vous invite à ma soutenance de thèse, intitulée « Synthèse par règles de la voix chantée contrôlée par le geste et applications musicales ». Elle se déroulera au LIMSI-CNRS à Orsay en salle de conférence le Jeudi 26 septembre 2013 à 14h (accès). Un pot suivra la soutenance.

Elle sera présentée en français, devant le jury suivant :

Marcelo M. Wanderley (Professeur Mc-Gill University au CIRMMT), rapporteur
Laurent Girin (Professeur Grenoble-INP au GIPSA-Lab), rapporteur
Jean-Luc Zarader (Professeur UPMC à l’ISIR), examinateur
Nathalie Henrich (Chargée de Recherche CNRS au GIPSA-Lab), examinatrice
Boris Doval, (Maître de Conference UPMC à d’Alembert), examinateur
Christophe d’Alessandro (Directeur de Recherche CNRS au LIMSI), directeur de thèse

Le sujet de cette thèse porte sur la modélisation de la production et du contrôle de la voix chantée dans la perspective de la lutherie numérique. Nous présentons d’abord deux instruments : le Cantor Digitalis, se focalisant sur le contrôle de voyelles chantées synthétiques et sur l’individualisation des voix ; et le Digitartic, destiné au contrôle de l’articulation de syllabes de type Voyelle-Consonne-Voyelle. Ils permettent, à l’aide de tablettes graphiques augmentées, des applications musicales interactives nécessitant un contrôle temporel fin des paramètres de la production vocale. Une expérience visant à analyser la faculté à contrôler la fréquence fondamentale du Cantor Digitalis a été entreprise. Les sujets devaient imiter des intervalles et quelques mélodies suivant trois modalités (avec leur propre voix, à la tablette sans et avec retour audio). Les résultats montrent une aptitude plus grande des sujets à jouer de manière précise avec la tablette plutôt qu’avec leur propre voix, tandis que l’apport de l’audio sur le jeu à la tablette est nulle dans ces conditions expérimentales. La pertinence musicale de ces instruments a été établie avec notre ensemble Chorus Digitalis en participant à plusieurs concerts. Nous avons étudié en situation musicale la justesse inter-musicien et les gestes utilisés pour réaliser les tâches musicales nécessaires à la reproduction de notre large répertoire, constitué de musiques actuelles et traditionnelle (chorale baroque, chant Khayal d’Inde du Nord). Les deux instruments sont regroupés dans une application écrite en Max/MSP fournissant également un outil pédagogique audio-visuel et interactif sur le fonctionnement de la voix.

Lionel Feugère

Advancing Interdisciplinary Research in Singing: the AIRS project

ADVANCING INTERDISCIPLINARY RESEARCH IN SINGING (AIRS)
SSHRC major collaborative research initiative

AIRS is a major collaborative research initiative (http://www.airsplace.ca) supported from 2009-2016 by the Social Sciences and Humanities Research Council of Canada. It is directed by Dr. Annabel J. Cohen of the University of Prince Edward Island, where the project is based. The project brings together researchers from 16 countries to address questions about how singing develops in every human being, how singing is to be taught and used to teach, and how singing impacts well-being. AIRS researchers are addressing these issues from the perspective of what is universal to all people, what is dependent on cultural circumstances, and what is unique to each individual. AIRS aims ultimately to benefit society through research in singing. Messa di Voce (“placing the voice” in Italian) refers to a common vocal exercise performed on one single note by vocalists at all levels of study and performance. It too is a symbol of the focused efforts of the AIRS team in striving for excellence in all its endeavours.

Mercredi 15 Mai: Journée Portes Ouvertes au Laboratoire de Phonétique et Phonologie à Paris

Mercredi 15 mai de 11h à 18h,
venez découvrir le Laboratoire de Phonétique et Phonologie (LPP)

I.L.P.G.A. 19, rue des Bernardins, 75005 Paris
Plus d’informations sur l’affiche et sur le site du laboratoire : http://lpp.univ-paris3.fr

Le LPP mène des activités de recherche et d’enseignement appliquées à des disciplines variées comme :

  • la didactique des langues
  • l’orthophonie
  • la phonétique clinique
  • la phonologie
  • la phonétique acoustique/articulatoire
  • la psycholinguistique
  • la morpho-syntaxe

Le projet Oraltitude : Voix et Education

Présentation

    Il existe une correspondance remarquable entre une analyse nouvelle de la crise contemporaine de l’école – analyse issue des toutes dernières conclusions de disciplines telles que la philosophie, la sociologie et la psychanalyse, et une découverte récente advenue dans le domaine de la voix.

A l’instar de l’emboîtement de deux pièces complémentaires d’un même puzzle dont la réunion fait instantanément sens, cette adéquation inespérée entre un problème vital pour le système éducatif et un processus permettant de le résoudre produit, une fois les deux pièces mise en présence, un déclic convaincant. Euréka à ce point fulgurant que François Bayrou, alors Ministre de l’Education nationale, détacha sur le champ l’auteur de ces travaux au Ministère de la Recherche afin de lui confier, au plan national, une mission voix. Mission dont la finalité était d’explorer les pistes permettant de mettre à disposition de l’ensemble du corps enseignant les retombées de ce qui a été mis à jour.

Le projet Oraltitude qui en a découlé et qui donc concerne la formation des maîtres est directement né de l’adéquation existant entre l’analyse novatrice des causes premières du problème éducatif contemporain cités plus haut et les avancées sur la voix qui viennent d’être évoquées.

 

I – Les deux pièces du puzzle

 « La préoccupation première des professeurs formateurs et des inspecteurs de l’enseignement, est de former de bons pédagogues. Car, pense-t-on, si le professeur sait intéresser ses élèves en cuisinant des plats au fumet pédagogique irrésistible, les enfants apprendront dans la joie et la discipline suivra… Stratégie frappée au coin du bon sens et qui eut, à son heure, ses lettres de noblesse mais qui, nous le savons tous, ne suffit plus vraiment à gagner la confrontation avec la réalité du terrain. Tout professeur en exercice en effet a appris, en général à ses dépends, qu’en la matière il ne suffit plus de tirer sur la bobinette, même avec talent, pour que la chevillette choie. Le problème majeur auquel l’école est nouvellement confrontée n’est plus tant, en effet, un découragement des élèves qui serait la conséquence de leçons présentées – du fait du laxisme ou de l’incompétence de certains enseignants – d’une manière qui en rendrait l’abord trop difficile ou, pour le dire autrement, de la présence, chez tous les enfants en échec scolaire, d’un robuste appétit de connaissance qui aurait été contrarié par un brouet pédagogiquement si peu engageant qu’il les aurait découragés même d’y goûter…

Non, l’Education nationale est victime d’un phénomène nouveau, évidemment en miroir de ce qui se passe sur une plus vaste échelle dans le monde des adultes. Phénomène à vrai dire très inquiétant, car il n’en est probablement qu’à ses débuts, sa puissance à venir semblant devoir s’apparenter à celle d’une lame de fond. Qu’observe-t-on, en fait, dans les classes ?

On constate depuis quelques années, une dégradation alarmante de la capacité des élèves à faire preuve d’attention, aux deux sens de ce terme ; c’est-à-dire à rester attentif et à être attentionné aux autres. Ce déficit de concentration et de savoir- vivre se traduit, par exemple, par le fait nouveau et très déconcertant pour l’adulte de voir l’élève poser une question pour ensuite être incapable, la plupart du temps, d’en écouter la réponse jusqu’au bout (c’est-à-dire tout au plus pendant une dizaine de secondes) ; il arrive en effet fréquemment que le professeur, après avoir esquissé au tableau une autre approche pour tenter de satisfaire à la demande d’explication complémentaire qui lui a été formulée, constate avec consternation (et une irritation croissante, l’accumulation de ce genre d’incivilité ayant à la longue inévitablement un caractère exaspérant) que, lorsqu’il se retourne de nouveau vers l’élève à l’origine de la question, le ci-devant est tranquillement en train de bavarder avec son voisin ou s’est tout bonnement replongé dans son cahier… Se justifiant de cette attitude par le fait que, dans le premier cas, on l’aurait appelé entre-temps et, dans le second, par celui d’avoir suffisamment compris en cours de route (tout du moins le croit-il), ce qui avait motivé initialement sa demande et donc de n’avoir plus besoin d’autre éclairage sur le sujet ; et, dans la logique de consommateur – surfeur – zappeur qui est désormais la sienne, de n’avoir vu de ce fait, aucun intérêt à écouter plus loin la suite du discours….

Dans le même registre, on peut constater que de plus en plus d’élèves, même lorsqu’ils parviennent à rester « connectés » (j’emploie cette expression à dessein) jusqu’à la fin de l’explication, ne manifestent rien, même s’ils ont effectivement compris : ni un remerciement, ni l’enthousiasme habituel de celui pour qui les choses s’éclairent, ne viennent perturber un regard morne et vide qui continue néanmoins à vous fixer et on a vraiment alors l’impression terrible qu’ils se comportent comme s’ils venaient d’avoir le renseignement demandé de la part d’un personnage virtuel en surfant sur le Net  et qu’ils viennent simplement d’en fermer la fenêtre d’accès avant de repartir dans une rêverie intérieure qui nous exclut…

    Il n’y a pas, en fait, de désamour de l’école proprement dit, car le lieu physique reste un espace social de rencontres claniques qui continue à intéresser, mais un désamour pour l’institution scolaire et un désinvestissement de plus en plus massif pour les objets du savoir, conséquence d’une chute catastrophique des possibilités d’attention, et donc du progrès, et donc du plaisir d’apprendre ; situation qui conduit fatalement au bout du compte, à l’anéantissement pur et simple du désir de travailler et donc à l’échec et in fine à la rébellion. »[1]

Quelles sont les causes profondes de ce désintérêt nouveau de beaucoup d’enfants pour l’école ?

Parmi tous les ouvrages sur la question seuls quelques uns sont allés au cœur du problème, c’est-à-dire à la recherche des causes premières. Psychologues et psychanalystes, sociologues et philosophes ont fait des découvertes convergentes qui montrent, sans  équivoque, que la crise actuelle du système éducatif est due à la perte de légitimité symbolique des figures d’autorité. Ce constat éclaire d’un jour nouveau les causes et les conséquences très préoccupantes que ce déficit du symbolique – inédit dans l’histoire de l’humanité[2], induit dans la relation et la transmission intergénérationnelle. Or, il se trouve qu’une découverte récente sur la voix humaine permet de restaurer grâce justement à une signature vocale contenant une dimension relevant de l’ordre symbolique, la partie intemporelle de l’ancienne place qui régissait la relation maître- élèves.

Cette assertion peut sembler de prime abord plutôt surprenante mais la théorie élaborée pour rendre compte des résultats du terrain qui sont eux, sans jeux de mots,  très parlants, rend cette hypothèse plausible. Ainsi que le montrent en effet de nombreux témoignages[3] d’enseignants ayant pu en bénéficier, les modifications obtenues dans la relation avec leurs classes grâce à l’application de ces découvertes sur leur timbre de voix vont indéniablement dans le sens de la restauration d’un crédit de légitimité de la figure de l’éducateur (parent ou enseignant).

Ceci parce que le processus de développement du charisme vocal qui a été mis au point a la capacité de réparer, à la source du problème, le principal dysfonctionnement du système à savoir : la délégitimisation symbolique de la figure tierce. Discrédit induit comme l’analyse évoquée plus haut l’explique, par la fin du patriarcat[4].

Du terrain à la théorie

Les nombreux témoignages recueillis sur le terrain (cinq ans en tant que responsable des ateliers voix à l’I.U.F.M. de Paris, et deux ans en tant que chargé de mission sur la voix au Ministère de la Recherche), ont donc permis de constater que les travaux, initialement conduits pour apporter un certain confort phonatoire aux enseignants (et, ce faisant, un confort auditif certain aux oreilles de leurs élèves) avaient finalement débouché sur la mise au point d’une méthode d’acquisition vocale capable de provoquer, en autres effets non initialement prévus, une restauration indéniable de la légitimité de l’autorité des professeurs ainsi que le renouveau d’un crédit de confiance dans le discours de l’adulte, entraînant, de ce fait, une adhésion au projet éducatif proposé. 

Ce qui précède peut sembler, nous l’avons dit, assez étonnant mais mes deux fonctions : celle de formateur sur la voix telle que citée plus haut et celle d’enseignant (professeur de mathématique) ont permis la pratique régulière de cette technique auprès d’un nombre suffisant de professeurs et d’élèves (notamment en collège classé ZEP) pour que les résultats obtenus sur le terrain par cette méthode d’optimalisation du timbre de la voix soient convaincants.

L’hypothèse, assez jubilatoire, émise après coup pour rendre compte de ces résultats inespérés au regard des impasses actuelle du système éducatif  est que la méthode mise au point semble être en mesure, comme nous l’avons dit, de faire advenir dans la voix une signature relevant de l’ordre du symbolique. On peut certes légitimement se poser des questions à propos de la validité de cette hypothèse mais il n’est pas très difficile de proposer une explication capable d’en montrer, après coup, sinon la pertinence, du moins la plausibilité.

Pour bien comprendre ce de quoi il retourne il faut, au préalable, tenter d’éclaircir ce que pourrait signifier la présence d’une charge symbolique dans l’essence d’un son. La question est peu banale il est vrai. Pour y voir plus clair rendons-nous à une soirée magique (elles ne le sont pas toutes) à l’opéra et prenons un crayon pour faire une addition inhabituelle : celle des années d’efforts humains (et parfois surhumains) qu’il a fallu pour que ce moment puisse avoir lieu.

Pour être sur scène, un chanteur lyrique, qui sait très bien qu’il faudrait être fou pour mal chanter, consacre de nombreuses années de sa vie à parfaire sa technique vocale. Puis il nous faut aligner les heures passées par le compositeur pour créer cet opéra (d’abord au cours des longues études qui ont été nécessaires pour maîtriser l’écriture musicale, ensuite pour composer le livret et la partition de l’œuvre proprement dite), temps auquel s’ajoute celui qu’a dû consentir le chef qui est ce soir-là à la baguette, pour acquérir la maîtrise de la direction d’orchestre ; orchestre composé de musiciens ayant passé eux-mêmes des années penchés sur leur instrument pour apprendre à en jouer, instruments qui ont quand à eux, nécessité en amont un effort soutenu de conception et d’exécution, de la part de leurs inventeurs, puis des luthiers qui les ont fabriqués. Montagnes d’années de concentration et de transpiration auxquelles il nous faut encore ajouter, pour être complet, celles passées par l’architecte acousticien qui a construit ce théâtre avec, pour impératif premier, la qualité de transmission et l’optimalisation d’écoute des sons qui y seront émis. Si on veut bien faire le total de cette conjonction d’efforts qui a permis à cette soirée d’avoir lieu, on se rend évidemment compte que pour qu’une telle somme d’énergie et de temps soit consentie sur tant d’années par tant de personnes, c’est qu’il doit forcément s’agir d’une cérémonie très particulière. Et elle l’est en effet, puisqu’il s’agit, si on peut dire, de verser dans la coupe des hommes quelques gouttes du breuvage des dieux. Si l’on analysait ce précieux liquide, on découvrirait que sa structure moléculaire intime est justement celle du symbolique.

On peut donc comprendre que la possibilité de parvenir à reproduire dans sa voix l’écho d’une signature harmonique telle que celle qui vient d’être évoquée puisse produire des effets inédits sur l’auditoire et notamment sur un public en déshérence symbolique.  Mais qu’en est-il du rapport qui pourrait exister entre le son d’un orchestre symphonique et celui d’une voix.

Mettre un orchestre dans sa voix ?

Soit donc un air d’opéra chargé d’une forte dimension symbolique, par exemple un des deux airs de Sarastro dans la Flute enchantée[5] de Mozart.  Comme on le sait peut-être, il est possible de visualiser à l’aide d’un sonagramme, ainsi qu’on peut le faire d’ailleurs pour n’import quel son, la signature acoustique spectrale de cet extrait. Considérons par ailleurs le sonagramme de la voix d’un locuteur lambda. On constate, comme l’illustre le montage ci-dessous que les tracés respectifs de chacun de ces deux sonagrammes se ressemblent et sont, à première vue en tous cas, similaires.

 

La question qui se pose est alors : est-il possible d’établir une corrélation plus profonde que cette simple parenté visuelle entre ces deux sonagrammes ? Il se trouve que le son étant de nature fractale il y a, au-delà de la ressemblance visuelle des tracés, une similitude de structure entre ces deux signatures acoustiques. Pour le dire plus précisément cette identité de structure autorise à réfléchir sur la possibilité mathématique d’établir un isomorphisme entre la trace acoustique de l’extrait musical choisi et la trace acoustique produite par ce locuteur lambda. Il est donc tout à fait envisageable, sur le plan théorique du moins, d’associer les réglages des paramètres qui dirigent un moment de haute spiritualité de la musique de Mozart avec ceux de la parole.     La possibilité d’un ajustement isomorphe entre ces deux signatures acoustiques provenant au final de la corrélation entre deux isomorphismes en résonnance. D’une part, l’isomorphisme anatomique de fait qui existe sur le plan structurel du moins entre deux cerveaux humains (en l’occurrence celui de Mozart et celui de n’importe quel locuteur) et, d’autre part, l’isomorphisme qui régit la relation spectrale de fonctionnalité entre la voix et l’oreille (sur le plan harmonique la voix n’émet que ce que l’oreille peut entendre et réciproquement). La différence se produisant alors au niveau de l’activation ou non de certaines capacités cérébrales.

C’est, semble-t-il cette possibilité théorique de congruence qui, toutes proportions gardées, serait concrètement permise par la technique mise au point à la suite des découvertes évoquées plus haut. Baptisée « technique formantique »,  cette technique a donné naissance au Projet Oraltitude dont la finalité est d’ouvrir ces possibilités d’optimalisation vocale au plus grand nombre.

Savoir insu et « Mozart connexion  »

La technique formantique permettrait donc, si cette hypothèse est fondée, d’ajuster la signature vocale d’un individu (en travaillant bien entendu en amont sur son émission) avec celle d’un événement sonore chargé de puissance symbolique. Ou pour le dire plus précisément, les sons chargés de cette dimension formeraient une classe d’équivalence que la technique formantique  permettrait à la voix humaine d’intégrer.  Il s’agirait donc de connecter sa voix au premier ordre fractal du même savoir harmonique inconscient  que celui dans lequel Mozart a puisé sa divine inspiration. La différence entre le locuteur Lambda ainsi connecté et un compositeur de génie de son calibre étant la profondeur du puits que la connexion peut atteindre ou pour le dire autrement le rang de l’échelle fractale auquel on serait capable d’accéder. Mais au moins la porte du premier niveau de ce savoir est-elle, dans cette hypothèse, ouverte.

L’efficacité de la technique mise au point qui se traduit par une acquisition rapide et des performances élevées de ce processus d’acquisition vocal semble pouvoir s’expliquer par la présence dans le cerveau humain de ce savoir vocal insu, en sommeil, dans toute personne. La méthode formantique se rapprochant alors, quand à elle, de ce que serait une sorte de sésame harmonique capable de réactiver rapidement ce savoir neurologique, probablement par l’intermédiaire de certains groupes de neurones miroir (tous ces points sont également développés et consultables sur le site cité).

Voilà pour une première ébauche de tentative d’explication pour tenter de rendre compte de ce qui a été constaté. Mais, quoiqu’il en soit, les impacts de cette maîtrise vocale sur soi même et dans la relation aux autres méritent qu’on y regarde de plus près. Les conséquences empiriquement constatées par l’acquisition de ce qu’on pourrait appeler (faute de mieux) cette sorte de « signal maître », établissent en effet un changement d’échelle signifiant dans les divers périmètres concernés. C’est-à-dire sur les plans clinique (longévité vocale), pédagogique (autorité et séduction du discours), psychologique (capacité à provoquer l’écoute bienveillante et attentive de n’importe quel auditoire et donc en retour assurance et estime de soi pour le locuteur), artistique (puissance esthétique et émotionnelle des sons émis et stimulation déterminante de la créativité et de la mémoire dans les disciplines liées à la voix et à l’oreille,) et, enfin, symbolique (avec pour conséquence vérifiable la restauration de la légitimité des discours de surplomb).

Il semble qu’il y ait en fait la possibilité de créer en quelque sorte un point d’exception à l’intérieur de chaque personne par la connexion au transcendant de l’art et à sa puissance symbolique. C’est de ce point singulier à la fois intime (intérieur) et transcendant (extérieur) que la parole de la personne tierce pourrait alors être rechargée de l’autorité qui était donnée avant par l’institution et être, semble-t-il alors de ce fait, de nouveau à même de désenclaver (pour emprunter le vocabulaire psychanalytique), l’enfant de la relation fusionnelle initiale avec la mère[6]. Comme on le sait sans doute, c’est  à cause de cette incapacité récente de la figure tierce à émettre un signal symbolique suffisamment puissant pour installer l’enfant dans la nécessité d’une soustraction de jouissance, que le système du markéting alliée à la techno-science,  a pu en s’engouffrant dans ce phantasme infantile d’omnipotence désormais non contrarié, phagocyter le désir jusqu’à le détruire et capter l’investissement libidinal, initialement destiné à investir la famille et l’institution, pour le dégrader en pulsion d’achat satisfaisant à la demande de jouissance immédiate.

Mais ce n’est pas tout. Au delà en effet de sa capacité de restaurer l’autorité de la parole de la figure tierce par la qualité vibratoire du vecteur acoustique qui la transmet, il semblerait que le phénomène formantique active un processus qui va encore plus loin. Tout se passe comme s’il ouvrait l’accès à une sorte de psycho-borne d’alimentation interne  permettant la captation d’un flux relevant de l’essentiel et à laquelle pourrait se rebrancher en quelque sorte l’individu contemporain désaffecté. Connexion d’irrigation par l’art du son faisant suffisamment sens et ouvrant une aventure artistique  à tel point prometteuse (tant par sa capacité spectrale d’écoute que par sa qualité d’émission) que l’individu puisse accepter, cette fois-ci pour ce qui concerne sa démarche propre, la soustraction de jouissance nécessaire à l’avènement du désir. Ce contact avec un des aspects du transcendant est capable d’apaiser par ailleurs l’angoisse du vide et de réduire les conduites consuméristes de compensation associées. On voit donc que ce qui a été mis à jour a vocation à impacter trois domaines principaux : celui de l’Education (dont on peut trouver l’opuscule correspondant intitulé : « Le Son du Maître » sur le site cité[7]), celui de la Culture et enfin celui de la Santé (au sens le plus général de ce terme, c’est-à-dire autant celle de la planète que celle physique et psychique de ses habitants). Il est donc souhaitable de mettre ces découvertes à disposition du plus grand nombre.

 

II – Conclusion

 

Si il n’est plus à démontrer que la formation que nous proposons apportera une aide précieuse aux enseignants dans l’exercice de leur difficile métier et un outil déterminant dans le rétablissement de la légitimité des figures d’autorité, son domaine d’application est, on l’a vu, plus vaste que celui déjà capital du périmètre éducatif. En ouvrant une issue à la détérioration des liens inter générationnels et à la perte du sens, les découvertes évoquées plus haut offrent donc la possibilité de sortir d’une des grandes impasses de ce siècle.

Ce projet recèle en outre un fabuleux Eldorado en termes de retour sur investissement : création d’un bassin d’emplois au niveau européen, économies notables réalisables dans les dépenses de santé, formation des enseignants des pays de la communauté, connexion à l’art à une altitude élevée-.

Il est donc certain que de par son adéquation avec une demande vocale extrêmement forte dans toutes les populations et de par sa capacité à apporter une contribution décisive à une nécessité planétaire urgente ce projet présente un caractère évident d’intérêt public.

 

 

F.R. AMORETTI

 

Responsable du Projet ORALTITUDE

contact@oraltitude.fr        

 

 


[1] Extrait du chapitre « De la démotivation des élèves » consultable en page d’accueil sur www.oratitude.fr à la rubrique « Extraits de son livre »

[2] La majorité des psychanalystes, des sociologues, et des philosophes s’accordent pour dire qu’un invariant anthropologique a été touché.

[3] Témoignages consultables sur le site www.oraltitude.fr

[4] Il n’y a évidement aucune nostalgie du système patriarcal dans ce  propos mais le constat concernant une place nécessaire laissée vide par ce changement et parasitée par le marketing et les produits de la techno-science. Sur ce sujet on pourra trouver tous les développements et les références souhaités sur le site dédié.

 

[5] Etant donné le sujet qui nous occupe – à savoir la nécessité de l’entame à la relation mère-enfant pour que le désir de ce dernier puisse advenir, on devine,  sans doute, que je n’ai pas choisi cette œuvre au hasard.

[6] Ce processus agit de deux manières : l’une directement sur l’enfant, l’autre par la validation que l’entourage  de l’enfant constitué des trois périmètres concentriques (famille, relations et enseignants) évidement lui aussi sensible à la présence de cette charge symbolique dans la voix,  renvoie en terme de respect et de sentiments chaleureux à celui qui en a la maîtrise. Papa d’une petite fille de cinq ans j’ai pu constater la réalité de cette possibilité dans chacun de ces trois périmètres.

[7] Egalement directement consultable en ligne sur http://www.oraltitude.fr

La Voix des vendeurs de programmes à l’Opéra de Paris

LA VOIX DES VENDEURS DE PROGRAMMES A L’OPÉRA DE PARIS : Myriam Mota et Virginie Silva


A droite, à gauche, de tous côtés, des glapissements de criée mettaient des notes aiguës de petite flûte, au milieu des basses sourdes de la foule. (Zola, Le Ventre de Paris)

Madame Marty s’attardait devant les tables de proposition, parmi les appels enroués des vendeurs, dans le bruit d’or des caisses. (Zola, Au Bonheur des Dames)

Quand l’écrivain dépeint les « glapissements de criée [mettant] des notes aiguës de petite flûte, au milieu des basses sourdes de la foule », la littérature scientifique parle de caractéristiques de la « parole Lombard ». Face aux « appels enroués des vendeurs », l’orthophoniste évoque un risque de trouble vocal.
En effet, parmi ses habilitations, l’orthophoniste rééduque les troubles de la voix notamment professionnelle. Dans une perspective de prévention, il peut également mener à bien des études visant à détecter des situations à risque pour la voix. Ses recherches se font souvent au sein d’une équipe pluridisciplinaire : phoniatre, acousticien, linguiste, etc.
Notre étude aborde ainsi une population de vendeurs dont l’outil principal de travail est la voix. Il s’agit d’une profession bien spécifique : les vendeurs de programmes exercent dans les murs de l’Opéra depuis 1875. Professionnels de la voix, leurs annonces sont émises dans le bruit de la foule et s’en démarquent pour atteindre les oreilles des spectateurs venus à l’Opéra. Dans une situation à triple objectif de communication, ils cherchent donc à être entendus, compris et à vendre
Nous nous intéressons donc aux conditions d’émission vocale de ces vendeurs de programme et décrirons dans un premier temps les fondements théoriques de la voix professionnelle, les études et protocoles utilisés actuellement pour rendre compte de la complexité de l’utilisation de la voix au travail.
Dans un deuxième temps, nous présenterons le protocole de recherche utilisé, les analyses qui en découlent, les interprétations des résultats dont nous discuterons enfin les limites et perspectives futures de recherche.