Archives pour la catégorie Thèse de doctorat

Synthèse par règles de la voix chantée contrôlée par le geste et applications musicales

Thèse de Doctorat de l’Université Pierre et Marie Curie – Paris VI
soutenue le 26 Septembre 2013 par Lionel Feugère
Sous la direction de Christophe d’Alessandro.

Synthèse par règles de la voix chantée contrôlée par le geste et applications musicales

Le travail de cette thèse porte sur la modélisation de la production et du contrôle de voix chantée synthétique dans la perspective de la lutherie numérique. Nous présentons deux instruments : le Cantor Digitalis, se focalisant sur le contrôle de voyelles chantées et sur l’individualisation des voix ; et le Digitartic, destiné au contrôle de l’articulation de syllabes de type Voyelle-Consonne-Voyelle. Ils permettent, à l’aide de tablettes graphiques augmentées, des applications musicales interactives nécessitant un contrôle temporel fin des paramètres de la production vocale. La pertinence musicale de ces instruments a été établie avec notre ensemble Chorus Digitalis en participant à plusieurs concerts. Nous avons étudié en situation musicale la justesse inter-musiciens et les gestes utilisés pour réaliser les tâches musicales nécessaires à la reproduction d’un large répertoire, constitué de musiques actuelles et traditionnelles (chorale baroque, chant khayal d’Inde du Nord). Notamment, une expérience visant à analyser la faculté à contrôler la fréquence fondamentale du Cantor Digitalis a été entreprise. Les sujets devaient imiter des intervalles et quelques mélodies suivant trois modalités (avec leur propre voix, à la tablette sans et avec retour audio). Les résultats montrent une aptitude plus grande des sujets à jouer de manière précise avec la tablette plutôt qu’avec leur propre voix, tandis que l’apport de l’audio sur le jeu à la tablette est nulle dans ces conditions expérimentales. Les deux instruments sont regroupés dans une application écrite en Max/MSP fournissant également un outil pédagogique audio-visuel et interactif sur le fonctionnement de la voix. 

Pour télécharger le manuscript et les exemples audio et vidéo en lien avec la thèse, rendez-vous sur la page TEL de la thèse

Evaluation de la justesse vocale en contexte mélodique

Evaluation de la justesse vocale en contexte mélodique

Thèse de doctorat de Pauline Larrouy-Maestri, soutenue à l’Université de Liège en Belgique le 11 Septembre 2013.

Pour télécharger le manuscrit de thèse : http://hdl.handle.net/2268/156426

Résumé

Afin de déterminer si une performance vocale mélodique est « juste » ou « fausse », de mieux comprendre les causes d’un trouble de justesse ou encore de porter un jugement sur la qualité d’un chanteur, des outils d’évaluation sont nécessaires. Actuellement, deux méthodes existent pour évaluer la justesse d’une performance. La méthode « subjective » fait appel à des juges alors que la méthode « objective » utilise des outils informatiques. Si la première permet une évaluation rapide, elle manque de précision. La méthode objective semble actuellement privilégiée mais les outils utilisés montrent également des limites que notre recherche a pour objectif de dépasser.

La première étape consistait à mettre au point une méthode objective fonctionnelle et tenant compte des différentes erreurs mélodiques dictées par le système tonal occidental (respect des contours, de la taille des intervalles et de la tonalité). Nous l’avons alors appliquée à l’évaluation de voix de chanteurs occasionnels et professionnels. Ces premières études nous ont permis de constater la fonctionnalité et la légitimité de notre méthode mais également ses limites lorsqu’il s’agit d’analyse des signaux complexes tels que les voix de chanteurs lyriques. Dans un deuxième temps, nous avons observé la pertinence de cette méthode, c’est-à-dire l’intérêt d’évaluer des performances en contexte mélodique (par rapport à des tâches d’imitation de sons isolés) et l’intérêt de différencier les erreurs mélodiques possibles (dictées par le système tonal occidental). Les résultats de ces études nous permettent d’envisager les nombreuses perspectives cliniques et expérimentales de nos outils. Finalement, la confrontation de notre méthode objective avec l’évaluation effectuée par des experts en musique nous a permis d’analyser leur évaluation de performances chantées par des chanteurs occasionnels ou lyriques, et ainsi de mieux comprendre la notion de justesse.

Au travers de sept études, nous avons donc exploré les aspects méthodologiques et théoriques de la justesse en contexte mélodique, par l’élaboration d’une méthode d’évaluation fonctionnelle et pertinente mais également par la clarification de la définition de justesse vocale en contexte mélodique.

Thèse de musicologie de Céline Chabot-Canet ou comment expliciter l’indicible de la voix dans la chanson française

« Interprétation, phrasé et rhétorique vocale dans la chanson française depuis 1950 : expliciter l’indicible de la voix »

Thèse de doctorat de Musicologie soutenue le 27 Juin 2013 sur Lyon par Céline CHABOT-CANET, devant le jury suivant :
– M. Stéphane Hirschi, Professeur, Université de Valenciennes (rapporteur)
– M. Serge Lacasse, Professeur, Université Laval, Québec, Canada (rapporteur)
– M. Gérard Le Vot, Maître de conférences, Université Lyon 2
– M. Xavier Rodet, Professeur, IRCAM, Université Paris 6
– M. Pierre Saby, Professeur, Université Lyon 2 (directeur de thèse)

Résumé (Abstract in English below)

Interprétation, phrasé et rhétorique vocale dans la chanson française depuis 1950 : expliciter l’indicible de la voix.

L’enjeu de cette thèse est d’étudier la chanson non dans sa dialectique parole/musique, mais par la saisie d’une troisième entité : l’interprétation vocale. Il s’agit à la fois d’en faire émerger l’importance fondamentale et la richesse et de lui conférer sa légitimité d’objet d’étude par la mise en place d’un protocole méthodologique et lexical spécifique qui en autorise l’analyse – au même titre que la composition – malgré son caractère mouvant et réputé réfractaire à la théorisation. Abordée comme objet complexe (selon la terminologie d’Edgar Morin), elle est soumise au feu croisé des disciplines (musicologie, linguistique, rhétorique, acoustique) pour pousser autant qu’il est possible son objectivation. Sous l’égide de la musicologie, l’utilisation d’outils informatiques permet d’établir une complémentarité entre les perspectives des sciences humaines et des sciences exactes, de capter et d’analyser les spécificités interprétatives, aussi bien dans leurs caractères dominants qu’agogiques, leurs rapports à la partition, leur complexité combinatoire au sein des méta-paramètres (timbre, rythme, phrasé) et les tensions dialogiques qui les parcourent (variation/répétition, mélodicité/insertion du bruit, chanté/parlé). Le large corpus de chanteurs d’expression française (du style Rive gauche à la Nouvelle chanson française) permet d’appréhender, au travers d’analyses d’enregistrements en studio ou en concert, la spécificité irréductible de chacun, émanation d’un corps unique, mais aussi de grands réseaux tendanciels de parentés stylistiques. Mise en avant par la perspective sémiologique, autour des notions de stratégie et de visées interprétatives, de rhétorique vocale, de suscitation du pathos et d’expression de l’ethos, se fait jour une typologie des styles interprétatifs, ouverte sur la prise en compte de l’originalité intrinsèque de chaque interprète et sur l’intégration des évolutions génériques ultérieures.

MOTS CLÉS : ANALYSE SPECTRALE, CHANSON FRANÇAISE, CHANSON FRANCOPHONE, CHANT, EXPRESSIVITÉ, INTERPRÉTATION VOCALE, MUSIQUES POPULAIRES, PERFORMANCE VOCALE, VOIX, PHRASÉ, PROSODIE, RHÉTORIQUE VOCALE, TIMBRE.

 

 The performance, the phrasing and the vocal rhetoric of the
French song since 1950 : clarifying the inexpressible of the voice.

The present thesis focuses on the study of the song not in its word and music dialectic but through the acquisition of a third entity : the vocal rendition. The point is to reveal its critical importance and richness and make it legitimate as a subject of study as the result of the implementation of a specific methodological and lexical protocol that allows the analysis – as with the composition – although its changeable nature is not conducive to theorizing. Considered as a complex object (according to Edgar Morin’s terminology), vocal rendition is submitted to the crossfire of various disciplines (musicology, linguistics, rhetoric, acoustics) in order to favour as far as it is possible its objectivization. Within the framework of musicology, the use of computer tools makes it possible to establish a complementarity between the perspectives of social sciences and exact sciences, to catch and analyse the peculiarities of the performances both in their dominant or agogic characters, their connexions to the score, their combinatorial complexity within the meta-parameters (timbre, rhythm, phrasing), as well as the dialogical tensions which run through them (variation and repetition, melodicity and noise integration, singing and speaking parts). Thanks to the existence of a large body of French-speaking singers (from Rive Gauche style to Nouvelle chanson française) it is possible by studying studio and concert recordings to grasp the irreducible specificity of everyone (what is issued from a unique body) as well as the great underlying networks of stylistic relationships. Disclosed by the semeiological perspective, around the notions of strategy and performance designs, vocal rhetoric, the way to induce pathos and to express ethos, there emerges a typology of performing styles that is open to considering the intrinsic originality of each performer and integrating further generic developments.

KEY WORDS : SPECTRUM ANALYSIS, FRENCH SONG, FRENCH-SPEAKING SONG, SINGING, EXPRESSIVENESS, VOCAL RENDITION, POPULAR MUSICS, VOCAL PERFORMANCE, VOICE, PHRASING, PROSODY, VOCAL RHETORIC, TIMBRE.