Archives pour la catégorie Formations

Formations scientifiques proposées en lien avec le thème de la voix

2014 Summer Vocology Institute

The National Center for Voice and Speech is pleased to announce:
QUICK LINKS

COURSE DESCRIPTIONSTUITION

APPLICATION INFORMATION

HOUSING

Applications for the 2014 Summer Vocology Institute are now being accepted!
More information about the program can be found on our website at: www.ncvs.org/SVI .The Institute is taught in Salt Lake City, Utah, where the NCVS is headquartered.

Nine graduate credit semester hours are taught:

Block 1: Principles of Voice Production (3 credits)
Block 2a: Voice Habiltation (2 credits)
Block 2b: Instrumentation for Voice Analysis (2 credits)
Block 3: Voice for Performers (2 credits)

These courses are taught at the highest academic level by internationally recognized instructors and affiliates of the NCVS.

Deadline for applications is
May 1, 2014
International students are encouraged to apply early so the necessary arrangments can be made for student visas.

DU Voix et Symptômes – psychopathologie et clinique de la voix 2013 – 2014

Création d’un Diplôme Universitaire (DU) sur la Voix et ses Symptômes

Responsable: Paul-Laurent ASSOUN
Coordinatrice du programme d’activités : Claire GILLIE

Présentation

Il s’agit dans ce DU de prendre en compte les formes d’une clinique de la voix en leur diversité, les symptômes vocaux et pathologies vocales étant susceptibles d’en mettre au jour la signification inconsciente et la fonction pulsionnelle. On partira donc de l’ensemble des situations et pratiques où la voix intervient et se trouve confrontée à des dysfonctionnements, ce qui suppose d’en explorer les spécificités au moyen des spécialistes des champs concernés et à destination des pratiques correspondantes. La démarche partant d’une diversité disciplinaire de champs, elle se spécifiera par un recours à la psychanalyse de l’objet inconscient de la voix susceptible d’en éclairer les aspects pulsionnels et les enjeux inconscients, au-delà des aspects dys-fonctionnels mais aussi à travers un examen précis de ceux-ci.

Objectifs

Le but de cette formation est donc de faire travailler en synergie les terrains et les pratiques « locales » de la voix, la psychanalyse intervenant comme problématisation rendant possible une appréhension psychopathologique mais aussi une compréhension de cette réalité anthropologique centrale et complexe qu’est la voix.

Pour en savoir plus, et obtenir toutes les informations sur ce DU, rendez-vous sur:

http://www.ep.univ-paris-diderot.fr/spip.php?article585

 

Stage national 2013 du PREAC Voix et chant choral

Pôle de ressources pour l’éducation artistique et culturelle (PREAC) voix et chant choral, l’enfant, l’adolescent, l’enseignant.

Stage des 30, 31 mai et 1er juin 2013

Pour l’édition 2013, le stage se tiendra au : Prieuré le Bourget du Lac en Savoie (73).

Après la voix, le corps, le geste, thème du stage 2012, l’édition 2013 du PREAC Voix et chant choral s’intéressera aux pratiques vocales collectives comme moyen d’intégrer les différences.
Ateliers de pratique, conférence interactive, rencontres avec des chefs de chœur, des compositeurs, répétitions d’ensembles vocaux, table ronde, projection commentée, concert, composent un programme riche autour du thème : « Le choeur comme lieu d’intégration ».

Public :

  • personnels de l’Éducation nationale : formateurs de formateurs, personnes ressources 1er et 2nd degré.
  • personnels de la culture et des collectivités : chefs de chœurs, dumistes, professeurs d’école de musique, artistes, coordonnateurs, médiateurs.

Cliquez ici pour les Informations et la fiche d’inscription.

Renseignements pour les inscriptions :

Sandrine Chéry Directrice CDDP de la Savoie 2, av. Jean Jaurès 73026 Chambéry CEDEX Tél. 04 79 69 83 83 – Fax. 04 79 96 13 58
sandrine.chery@ac-grenoble.fr

Le projet Oraltitude : Voix et Education

Présentation

    Il existe une correspondance remarquable entre une analyse nouvelle de la crise contemporaine de l’école – analyse issue des toutes dernières conclusions de disciplines telles que la philosophie, la sociologie et la psychanalyse, et une découverte récente advenue dans le domaine de la voix.

A l’instar de l’emboîtement de deux pièces complémentaires d’un même puzzle dont la réunion fait instantanément sens, cette adéquation inespérée entre un problème vital pour le système éducatif et un processus permettant de le résoudre produit, une fois les deux pièces mise en présence, un déclic convaincant. Euréka à ce point fulgurant que François Bayrou, alors Ministre de l’Education nationale, détacha sur le champ l’auteur de ces travaux au Ministère de la Recherche afin de lui confier, au plan national, une mission voix. Mission dont la finalité était d’explorer les pistes permettant de mettre à disposition de l’ensemble du corps enseignant les retombées de ce qui a été mis à jour.

Le projet Oraltitude qui en a découlé et qui donc concerne la formation des maîtres est directement né de l’adéquation existant entre l’analyse novatrice des causes premières du problème éducatif contemporain cités plus haut et les avancées sur la voix qui viennent d’être évoquées.

 

I – Les deux pièces du puzzle

 « La préoccupation première des professeurs formateurs et des inspecteurs de l’enseignement, est de former de bons pédagogues. Car, pense-t-on, si le professeur sait intéresser ses élèves en cuisinant des plats au fumet pédagogique irrésistible, les enfants apprendront dans la joie et la discipline suivra… Stratégie frappée au coin du bon sens et qui eut, à son heure, ses lettres de noblesse mais qui, nous le savons tous, ne suffit plus vraiment à gagner la confrontation avec la réalité du terrain. Tout professeur en exercice en effet a appris, en général à ses dépends, qu’en la matière il ne suffit plus de tirer sur la bobinette, même avec talent, pour que la chevillette choie. Le problème majeur auquel l’école est nouvellement confrontée n’est plus tant, en effet, un découragement des élèves qui serait la conséquence de leçons présentées – du fait du laxisme ou de l’incompétence de certains enseignants – d’une manière qui en rendrait l’abord trop difficile ou, pour le dire autrement, de la présence, chez tous les enfants en échec scolaire, d’un robuste appétit de connaissance qui aurait été contrarié par un brouet pédagogiquement si peu engageant qu’il les aurait découragés même d’y goûter…

Non, l’Education nationale est victime d’un phénomène nouveau, évidemment en miroir de ce qui se passe sur une plus vaste échelle dans le monde des adultes. Phénomène à vrai dire très inquiétant, car il n’en est probablement qu’à ses débuts, sa puissance à venir semblant devoir s’apparenter à celle d’une lame de fond. Qu’observe-t-on, en fait, dans les classes ?

On constate depuis quelques années, une dégradation alarmante de la capacité des élèves à faire preuve d’attention, aux deux sens de ce terme ; c’est-à-dire à rester attentif et à être attentionné aux autres. Ce déficit de concentration et de savoir- vivre se traduit, par exemple, par le fait nouveau et très déconcertant pour l’adulte de voir l’élève poser une question pour ensuite être incapable, la plupart du temps, d’en écouter la réponse jusqu’au bout (c’est-à-dire tout au plus pendant une dizaine de secondes) ; il arrive en effet fréquemment que le professeur, après avoir esquissé au tableau une autre approche pour tenter de satisfaire à la demande d’explication complémentaire qui lui a été formulée, constate avec consternation (et une irritation croissante, l’accumulation de ce genre d’incivilité ayant à la longue inévitablement un caractère exaspérant) que, lorsqu’il se retourne de nouveau vers l’élève à l’origine de la question, le ci-devant est tranquillement en train de bavarder avec son voisin ou s’est tout bonnement replongé dans son cahier… Se justifiant de cette attitude par le fait que, dans le premier cas, on l’aurait appelé entre-temps et, dans le second, par celui d’avoir suffisamment compris en cours de route (tout du moins le croit-il), ce qui avait motivé initialement sa demande et donc de n’avoir plus besoin d’autre éclairage sur le sujet ; et, dans la logique de consommateur – surfeur – zappeur qui est désormais la sienne, de n’avoir vu de ce fait, aucun intérêt à écouter plus loin la suite du discours….

Dans le même registre, on peut constater que de plus en plus d’élèves, même lorsqu’ils parviennent à rester « connectés » (j’emploie cette expression à dessein) jusqu’à la fin de l’explication, ne manifestent rien, même s’ils ont effectivement compris : ni un remerciement, ni l’enthousiasme habituel de celui pour qui les choses s’éclairent, ne viennent perturber un regard morne et vide qui continue néanmoins à vous fixer et on a vraiment alors l’impression terrible qu’ils se comportent comme s’ils venaient d’avoir le renseignement demandé de la part d’un personnage virtuel en surfant sur le Net  et qu’ils viennent simplement d’en fermer la fenêtre d’accès avant de repartir dans une rêverie intérieure qui nous exclut…

    Il n’y a pas, en fait, de désamour de l’école proprement dit, car le lieu physique reste un espace social de rencontres claniques qui continue à intéresser, mais un désamour pour l’institution scolaire et un désinvestissement de plus en plus massif pour les objets du savoir, conséquence d’une chute catastrophique des possibilités d’attention, et donc du progrès, et donc du plaisir d’apprendre ; situation qui conduit fatalement au bout du compte, à l’anéantissement pur et simple du désir de travailler et donc à l’échec et in fine à la rébellion. »[1]

Quelles sont les causes profondes de ce désintérêt nouveau de beaucoup d’enfants pour l’école ?

Parmi tous les ouvrages sur la question seuls quelques uns sont allés au cœur du problème, c’est-à-dire à la recherche des causes premières. Psychologues et psychanalystes, sociologues et philosophes ont fait des découvertes convergentes qui montrent, sans  équivoque, que la crise actuelle du système éducatif est due à la perte de légitimité symbolique des figures d’autorité. Ce constat éclaire d’un jour nouveau les causes et les conséquences très préoccupantes que ce déficit du symbolique – inédit dans l’histoire de l’humanité[2], induit dans la relation et la transmission intergénérationnelle. Or, il se trouve qu’une découverte récente sur la voix humaine permet de restaurer grâce justement à une signature vocale contenant une dimension relevant de l’ordre symbolique, la partie intemporelle de l’ancienne place qui régissait la relation maître- élèves.

Cette assertion peut sembler de prime abord plutôt surprenante mais la théorie élaborée pour rendre compte des résultats du terrain qui sont eux, sans jeux de mots,  très parlants, rend cette hypothèse plausible. Ainsi que le montrent en effet de nombreux témoignages[3] d’enseignants ayant pu en bénéficier, les modifications obtenues dans la relation avec leurs classes grâce à l’application de ces découvertes sur leur timbre de voix vont indéniablement dans le sens de la restauration d’un crédit de légitimité de la figure de l’éducateur (parent ou enseignant).

Ceci parce que le processus de développement du charisme vocal qui a été mis au point a la capacité de réparer, à la source du problème, le principal dysfonctionnement du système à savoir : la délégitimisation symbolique de la figure tierce. Discrédit induit comme l’analyse évoquée plus haut l’explique, par la fin du patriarcat[4].

Du terrain à la théorie

Les nombreux témoignages recueillis sur le terrain (cinq ans en tant que responsable des ateliers voix à l’I.U.F.M. de Paris, et deux ans en tant que chargé de mission sur la voix au Ministère de la Recherche), ont donc permis de constater que les travaux, initialement conduits pour apporter un certain confort phonatoire aux enseignants (et, ce faisant, un confort auditif certain aux oreilles de leurs élèves) avaient finalement débouché sur la mise au point d’une méthode d’acquisition vocale capable de provoquer, en autres effets non initialement prévus, une restauration indéniable de la légitimité de l’autorité des professeurs ainsi que le renouveau d’un crédit de confiance dans le discours de l’adulte, entraînant, de ce fait, une adhésion au projet éducatif proposé. 

Ce qui précède peut sembler, nous l’avons dit, assez étonnant mais mes deux fonctions : celle de formateur sur la voix telle que citée plus haut et celle d’enseignant (professeur de mathématique) ont permis la pratique régulière de cette technique auprès d’un nombre suffisant de professeurs et d’élèves (notamment en collège classé ZEP) pour que les résultats obtenus sur le terrain par cette méthode d’optimalisation du timbre de la voix soient convaincants.

L’hypothèse, assez jubilatoire, émise après coup pour rendre compte de ces résultats inespérés au regard des impasses actuelle du système éducatif  est que la méthode mise au point semble être en mesure, comme nous l’avons dit, de faire advenir dans la voix une signature relevant de l’ordre du symbolique. On peut certes légitimement se poser des questions à propos de la validité de cette hypothèse mais il n’est pas très difficile de proposer une explication capable d’en montrer, après coup, sinon la pertinence, du moins la plausibilité.

Pour bien comprendre ce de quoi il retourne il faut, au préalable, tenter d’éclaircir ce que pourrait signifier la présence d’une charge symbolique dans l’essence d’un son. La question est peu banale il est vrai. Pour y voir plus clair rendons-nous à une soirée magique (elles ne le sont pas toutes) à l’opéra et prenons un crayon pour faire une addition inhabituelle : celle des années d’efforts humains (et parfois surhumains) qu’il a fallu pour que ce moment puisse avoir lieu.

Pour être sur scène, un chanteur lyrique, qui sait très bien qu’il faudrait être fou pour mal chanter, consacre de nombreuses années de sa vie à parfaire sa technique vocale. Puis il nous faut aligner les heures passées par le compositeur pour créer cet opéra (d’abord au cours des longues études qui ont été nécessaires pour maîtriser l’écriture musicale, ensuite pour composer le livret et la partition de l’œuvre proprement dite), temps auquel s’ajoute celui qu’a dû consentir le chef qui est ce soir-là à la baguette, pour acquérir la maîtrise de la direction d’orchestre ; orchestre composé de musiciens ayant passé eux-mêmes des années penchés sur leur instrument pour apprendre à en jouer, instruments qui ont quand à eux, nécessité en amont un effort soutenu de conception et d’exécution, de la part de leurs inventeurs, puis des luthiers qui les ont fabriqués. Montagnes d’années de concentration et de transpiration auxquelles il nous faut encore ajouter, pour être complet, celles passées par l’architecte acousticien qui a construit ce théâtre avec, pour impératif premier, la qualité de transmission et l’optimalisation d’écoute des sons qui y seront émis. Si on veut bien faire le total de cette conjonction d’efforts qui a permis à cette soirée d’avoir lieu, on se rend évidemment compte que pour qu’une telle somme d’énergie et de temps soit consentie sur tant d’années par tant de personnes, c’est qu’il doit forcément s’agir d’une cérémonie très particulière. Et elle l’est en effet, puisqu’il s’agit, si on peut dire, de verser dans la coupe des hommes quelques gouttes du breuvage des dieux. Si l’on analysait ce précieux liquide, on découvrirait que sa structure moléculaire intime est justement celle du symbolique.

On peut donc comprendre que la possibilité de parvenir à reproduire dans sa voix l’écho d’une signature harmonique telle que celle qui vient d’être évoquée puisse produire des effets inédits sur l’auditoire et notamment sur un public en déshérence symbolique.  Mais qu’en est-il du rapport qui pourrait exister entre le son d’un orchestre symphonique et celui d’une voix.

Mettre un orchestre dans sa voix ?

Soit donc un air d’opéra chargé d’une forte dimension symbolique, par exemple un des deux airs de Sarastro dans la Flute enchantée[5] de Mozart.  Comme on le sait peut-être, il est possible de visualiser à l’aide d’un sonagramme, ainsi qu’on peut le faire d’ailleurs pour n’import quel son, la signature acoustique spectrale de cet extrait. Considérons par ailleurs le sonagramme de la voix d’un locuteur lambda. On constate, comme l’illustre le montage ci-dessous que les tracés respectifs de chacun de ces deux sonagrammes se ressemblent et sont, à première vue en tous cas, similaires.

 

La question qui se pose est alors : est-il possible d’établir une corrélation plus profonde que cette simple parenté visuelle entre ces deux sonagrammes ? Il se trouve que le son étant de nature fractale il y a, au-delà de la ressemblance visuelle des tracés, une similitude de structure entre ces deux signatures acoustiques. Pour le dire plus précisément cette identité de structure autorise à réfléchir sur la possibilité mathématique d’établir un isomorphisme entre la trace acoustique de l’extrait musical choisi et la trace acoustique produite par ce locuteur lambda. Il est donc tout à fait envisageable, sur le plan théorique du moins, d’associer les réglages des paramètres qui dirigent un moment de haute spiritualité de la musique de Mozart avec ceux de la parole.     La possibilité d’un ajustement isomorphe entre ces deux signatures acoustiques provenant au final de la corrélation entre deux isomorphismes en résonnance. D’une part, l’isomorphisme anatomique de fait qui existe sur le plan structurel du moins entre deux cerveaux humains (en l’occurrence celui de Mozart et celui de n’importe quel locuteur) et, d’autre part, l’isomorphisme qui régit la relation spectrale de fonctionnalité entre la voix et l’oreille (sur le plan harmonique la voix n’émet que ce que l’oreille peut entendre et réciproquement). La différence se produisant alors au niveau de l’activation ou non de certaines capacités cérébrales.

C’est, semble-t-il cette possibilité théorique de congruence qui, toutes proportions gardées, serait concrètement permise par la technique mise au point à la suite des découvertes évoquées plus haut. Baptisée « technique formantique »,  cette technique a donné naissance au Projet Oraltitude dont la finalité est d’ouvrir ces possibilités d’optimalisation vocale au plus grand nombre.

Savoir insu et « Mozart connexion  »

La technique formantique permettrait donc, si cette hypothèse est fondée, d’ajuster la signature vocale d’un individu (en travaillant bien entendu en amont sur son émission) avec celle d’un événement sonore chargé de puissance symbolique. Ou pour le dire plus précisément, les sons chargés de cette dimension formeraient une classe d’équivalence que la technique formantique  permettrait à la voix humaine d’intégrer.  Il s’agirait donc de connecter sa voix au premier ordre fractal du même savoir harmonique inconscient  que celui dans lequel Mozart a puisé sa divine inspiration. La différence entre le locuteur Lambda ainsi connecté et un compositeur de génie de son calibre étant la profondeur du puits que la connexion peut atteindre ou pour le dire autrement le rang de l’échelle fractale auquel on serait capable d’accéder. Mais au moins la porte du premier niveau de ce savoir est-elle, dans cette hypothèse, ouverte.

L’efficacité de la technique mise au point qui se traduit par une acquisition rapide et des performances élevées de ce processus d’acquisition vocal semble pouvoir s’expliquer par la présence dans le cerveau humain de ce savoir vocal insu, en sommeil, dans toute personne. La méthode formantique se rapprochant alors, quand à elle, de ce que serait une sorte de sésame harmonique capable de réactiver rapidement ce savoir neurologique, probablement par l’intermédiaire de certains groupes de neurones miroir (tous ces points sont également développés et consultables sur le site cité).

Voilà pour une première ébauche de tentative d’explication pour tenter de rendre compte de ce qui a été constaté. Mais, quoiqu’il en soit, les impacts de cette maîtrise vocale sur soi même et dans la relation aux autres méritent qu’on y regarde de plus près. Les conséquences empiriquement constatées par l’acquisition de ce qu’on pourrait appeler (faute de mieux) cette sorte de « signal maître », établissent en effet un changement d’échelle signifiant dans les divers périmètres concernés. C’est-à-dire sur les plans clinique (longévité vocale), pédagogique (autorité et séduction du discours), psychologique (capacité à provoquer l’écoute bienveillante et attentive de n’importe quel auditoire et donc en retour assurance et estime de soi pour le locuteur), artistique (puissance esthétique et émotionnelle des sons émis et stimulation déterminante de la créativité et de la mémoire dans les disciplines liées à la voix et à l’oreille,) et, enfin, symbolique (avec pour conséquence vérifiable la restauration de la légitimité des discours de surplomb).

Il semble qu’il y ait en fait la possibilité de créer en quelque sorte un point d’exception à l’intérieur de chaque personne par la connexion au transcendant de l’art et à sa puissance symbolique. C’est de ce point singulier à la fois intime (intérieur) et transcendant (extérieur) que la parole de la personne tierce pourrait alors être rechargée de l’autorité qui était donnée avant par l’institution et être, semble-t-il alors de ce fait, de nouveau à même de désenclaver (pour emprunter le vocabulaire psychanalytique), l’enfant de la relation fusionnelle initiale avec la mère[6]. Comme on le sait sans doute, c’est  à cause de cette incapacité récente de la figure tierce à émettre un signal symbolique suffisamment puissant pour installer l’enfant dans la nécessité d’une soustraction de jouissance, que le système du markéting alliée à la techno-science,  a pu en s’engouffrant dans ce phantasme infantile d’omnipotence désormais non contrarié, phagocyter le désir jusqu’à le détruire et capter l’investissement libidinal, initialement destiné à investir la famille et l’institution, pour le dégrader en pulsion d’achat satisfaisant à la demande de jouissance immédiate.

Mais ce n’est pas tout. Au delà en effet de sa capacité de restaurer l’autorité de la parole de la figure tierce par la qualité vibratoire du vecteur acoustique qui la transmet, il semblerait que le phénomène formantique active un processus qui va encore plus loin. Tout se passe comme s’il ouvrait l’accès à une sorte de psycho-borne d’alimentation interne  permettant la captation d’un flux relevant de l’essentiel et à laquelle pourrait se rebrancher en quelque sorte l’individu contemporain désaffecté. Connexion d’irrigation par l’art du son faisant suffisamment sens et ouvrant une aventure artistique  à tel point prometteuse (tant par sa capacité spectrale d’écoute que par sa qualité d’émission) que l’individu puisse accepter, cette fois-ci pour ce qui concerne sa démarche propre, la soustraction de jouissance nécessaire à l’avènement du désir. Ce contact avec un des aspects du transcendant est capable d’apaiser par ailleurs l’angoisse du vide et de réduire les conduites consuméristes de compensation associées. On voit donc que ce qui a été mis à jour a vocation à impacter trois domaines principaux : celui de l’Education (dont on peut trouver l’opuscule correspondant intitulé : « Le Son du Maître » sur le site cité[7]), celui de la Culture et enfin celui de la Santé (au sens le plus général de ce terme, c’est-à-dire autant celle de la planète que celle physique et psychique de ses habitants). Il est donc souhaitable de mettre ces découvertes à disposition du plus grand nombre.

 

II – Conclusion

 

Si il n’est plus à démontrer que la formation que nous proposons apportera une aide précieuse aux enseignants dans l’exercice de leur difficile métier et un outil déterminant dans le rétablissement de la légitimité des figures d’autorité, son domaine d’application est, on l’a vu, plus vaste que celui déjà capital du périmètre éducatif. En ouvrant une issue à la détérioration des liens inter générationnels et à la perte du sens, les découvertes évoquées plus haut offrent donc la possibilité de sortir d’une des grandes impasses de ce siècle.

Ce projet recèle en outre un fabuleux Eldorado en termes de retour sur investissement : création d’un bassin d’emplois au niveau européen, économies notables réalisables dans les dépenses de santé, formation des enseignants des pays de la communauté, connexion à l’art à une altitude élevée-.

Il est donc certain que de par son adéquation avec une demande vocale extrêmement forte dans toutes les populations et de par sa capacité à apporter une contribution décisive à une nécessité planétaire urgente ce projet présente un caractère évident d’intérêt public.

 

 

F.R. AMORETTI

 

Responsable du Projet ORALTITUDE

contact@oraltitude.fr        

 

 


[1] Extrait du chapitre « De la démotivation des élèves » consultable en page d’accueil sur www.oratitude.fr à la rubrique « Extraits de son livre »

[2] La majorité des psychanalystes, des sociologues, et des philosophes s’accordent pour dire qu’un invariant anthropologique a été touché.

[3] Témoignages consultables sur le site www.oraltitude.fr

[4] Il n’y a évidement aucune nostalgie du système patriarcal dans ce  propos mais le constat concernant une place nécessaire laissée vide par ce changement et parasitée par le marketing et les produits de la techno-science. Sur ce sujet on pourra trouver tous les développements et les références souhaités sur le site dédié.

 

[5] Etant donné le sujet qui nous occupe – à savoir la nécessité de l’entame à la relation mère-enfant pour que le désir de ce dernier puisse advenir, on devine,  sans doute, que je n’ai pas choisi cette œuvre au hasard.

[6] Ce processus agit de deux manières : l’une directement sur l’enfant, l’autre par la validation que l’entourage  de l’enfant constitué des trois périmètres concentriques (famille, relations et enseignants) évidement lui aussi sensible à la présence de cette charge symbolique dans la voix,  renvoie en terme de respect et de sentiments chaleureux à celui qui en a la maîtrise. Papa d’une petite fille de cinq ans j’ai pu constater la réalité de cette possibilité dans chacun de ces trois périmètres.

[7] Egalement directement consultable en ligne sur http://www.oraltitude.fr

PhysClips sur la Voix Humaine

Connaissez-vous les PhysClips, ces films et animations multimédia à visée didactique et de niveau universitaire, conçus pour présenter la Physique avec les mains ? Un professeur australien, le physicien Joe Wolfe, se pose en digne héritier de Richard Feynman pour nous emmener avec humour et pertinence dans le monde fascinant des Sciences Physiques.

Un chapitre des PhysClips est consacré à la voix humaine … et même si vous ne parlez pas l’anglais, je vous invite à le visualiser:

http://www.animations.physics.unsw.edu.au/waves-sound/human-sound/